20 Minutes : Actualités et infos en direct
SECURITEDarmanin et Schiappa donnent leurs chiffres de la délinquance

Drogues, radicalisation... Gérald Darmanin et Marlène Schiappa dévoilent leurs « indicateurs » de la délinquance

SECURITESaisies de drogue, fermetures de « lieux de radicalisation », amendes pour outrages sexistes… Tour d’horizon des chiffres mis en avant ce mardi par le duo de Beauvau
Gérald Darmanin, le 13 octobre 2020 à Paris.
Gérald Darmanin, le 13 octobre 2020 à Paris. - NICOLAS MESSYASZ/SIPA / Pixpalace
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Saisies de drogue, fermetures de « lieux de radicalisation », amendes pour outrages sexistes… Gérald Darmanin et Marlène Schiappa se sont livrés ce mardi à un exercice de communication en dévoilant, pour la première fois, une série d'« indicateurs » soigneusement choisis de l’activité des forces de l’ordre.

Cannabis en hausse, cocaïne en baisse

Gérald Darmanin, dès sa nomination à l’Intérieur, avait dit faire de la lutte contre le trafic de stupéfiants « l’alpha et l’oméga » de sa politique. Depuis juillet, « plus de 200 opérations » antistupéfiants ont été menées dans des « quartiers », a-t-il indiqué ce mardi, qui ont conduit à 831 gardes à vue.

Côté saisies, 4,2 tonnes de cannabis ont été interceptées en septembre contre trois tonnes en août. En revanche, policiers et gendarmes n’ont mis la main que sur 277 kilos de cocaïne contre 1,3 tonne en août, un mois marqué par « de grandes opérations qui ont donné lieu à de grandes saisies », a justifié Gérald Darmanin. Au total, « 1.189 trafiquants » ont été interpellés en septembre, soit « une hausse d’un quart par rapport à ce qui s’est fait cet été » et « 1.107 trafics » ont été démantelés, sans plus de détails sur leurs tailles.

En 2019, près de 100 tonnes de cannabis et 15 tonnes de cocaïne avaient été saisies par les forces de l’ordre, au même niveau que les records déjà atteints en 2017 et 2018.

250 amendes forfaitaires par jour

Entre leur généralisation le 1er septembre et le 8 octobre, 9.532 amendes forfaitaires de 200 euros ont été dressées à des consommateurs de stupéfiants, principalement de cannabis, « c’est-à-dire plus de 250 par jour », a souligné le ministre de l’Intérieur. La Seine-Saint-Denis, les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes et Paris sont les départements qui ont enregistré le plus de verbalisations.

Plus de 2.000 outrages sexistes relevés

« Plus de 2.000 infractions pour outrages sexistes ont été relevées par les forces de l’ordre » depuis l’entrée en vigueur de la loi en 2018 pour lutter contre le harcèlement de rue, a indiqué Marlène Schiappa. La ministre déléguée a noté une tendance à la « hausse », avec 142 infractions relevées en septembre, contre 86 à la même période l’année dernière. Marlène Schiappa a rappelé avoir demandé aux préfets de « doubler » ce nombre de verbalisations.

73 « lieux de radicalisation » fermés

Depuis le début de l’année, 73 lieux soupçonnés de radicalisation ont été fermés, dont douze en septembre. Il s’agit d’une mosquée non déclarée et d’une école hors contrat dans l’Hérault, un établissement culturel et associatif dans la Loire, cinq commerces et un débit de boissons, a détaillé le ministre.

Par ailleurs, avec les cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR), 650 opérations de contrôles menées en septembre ont permis aux caisses d’allocations familiales (CAF) et aux services de l’Urssaf de récupérer respectivement 200.000 et 3,5 millions d’euros sous forme de redressements.

231 étrangers radicalisés « à expulser »

La France compte actuellement sur son territoire 231 étrangers en situation irrégulière suivis pour radicalisation « qu’il nous faut expulser », dont 180 sont actuellement incarcérés, a précisé Gérald Darmanin. Ils font partie des 851 immigrés clandestins actuellement inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Sujets liés