Ligue des champions : Thiago Silva, Ocampos, Mendy, Cabella… Le Stade Rennais va retrouver la moitié de la Ligue 1

FOOTBALL Les hommes de Julien Stéphan ont hérité d’un tirage abordable pour leur première participation à la Ligue des champions

Camille Allain

— 

Le coach du Stade Rennais Julien Stéphan avait affronté le Betis Séville en Ligue Europa. Un joli souvenir.
Le coach du Stade Rennais Julien Stéphan avait affronté le Betis Séville en Ligue Europa. Un joli souvenir. — Damien Meyer / AFP
  • Le Stade Rennais affrontera le FC Séville, Chelsea et Krasnodar en poule de la Ligue des champions.
  • Un tirage abordable que les Bretons accueillent avec prudence et sans autre prétention que de faire « le mieux possible ».
  • Les Rennais retrouveront leur ancien gardien Edouard Mendy et bon nombre d’anciens joueurs de Ligue 1.

On a vraiment eu une pensée émue pour les supporteurs de toujours du Stade Rennais. On a tenté d’imaginer dans quel état d’euphorie se trouvaient tous les cinglés qui ont connu les incessantes montées et descentes dans les années 1980, les humiliations face au voisin nantais, le but de Fauvergue en 2007 ou les trop nombreuses finales perdues face à Guingamp ou Saint-Etienne. Ce jeudi soir, tous ces mordus ont été récompensés. Pour la première fois de son histoire, leur club participera à la Ligue des champions et s’est offert un tirage abordable. On rêvait des groupes de la Juve et de Barcelone ou de Liverpool, de l’Ajax et de l’Atalanta. Ce sera finalement le FC Séville, Chelsea et les Russes de Krasnodar qui viendront visiter le Roazhon Park.

A Genève, les anciens Guingampais Didier Drogba et Florent Malouda ont effectué un tirage « clin d’œil » pour les hommes de Julien Stéphan. D’abord parce qu’ils retrouveront très prochainement leur gardien chéri Edouard Mendy, fraîchement transféré pour 25 patates à Chelsea. On se délecte déjà du duel à distance entre le gardien numéro 1 du Sénégal et de son numéro 2 Alfred Gomis, tout juste débarqué à Rennes pour le remplacer​. « Quand on s’est dit au revoir, on s’est dit qu’on se retrouverait en poule de Ligue des champions. Notre vœu est exaucé », a réagi le coach Julien Stéphan au micro de RMC Sport. Les Rennais retrouveront aussi l’ancien capitaine parisien Thiago Silva, qui a rejoint les Blues cet été, et Petr Cech, aujourd’hui dans le staff anglais et qui a lancé sa monstrueuse carrière à Rennes.

L’autre clin d’œil est espagnol. En tirant le FC Séville, le Stade Rennais s’est sans doute offert l’un des adversaires les plus abordables de ce chapeau 1. L’histoire retient surtout que c’est grâce à un but de l’ancien Marseillais Lucas Ocampos face à Woltherampton que Rennes a obtenu son ticket direct pour la phase de poules de la C1. Une qualification historique pour la ville et le club. Les Bretons pourraient y retrouver leur ancien défenseur Joris Gnagnon et Steven Nzonzi reverra son ancien club. Dans le staff de Séville, le Français Julien Escudé, qui a longtemps évolué sur les bords de Vilaine, en rêvait. Le tirage l’a fait. Bien installés en Andalousie, le roc nantais Diego Carlos et le Bordelais Jules Koundé reverront l’ouest français.

Le souvenir délicieux de Séville

Du côté des supporteurs, on pleure déjà par crainte de ne pas pouvoir se déplacer dans la capitale andalouse. En 2019, les Bretons avaient écrit l’une des plus belles pages de leur histoire footballistique en s’imposant 3-1 face au Betis, s’ouvrant les portes des quarts de finale de Ligue Europa. Les 3.000 supporteurs présents gardent un souvenir intact de ce rush de Mbaye Niang à la 94e et de la fête qui avait suivi.

Le dernier adversaire rennais n’est pas le plus sexy mais s’annonce déjà coriace. Qualifié lui aussi pour la première fois de son histoire, le Krasnodar de Rémy Cabella pourrait être le club à battre pour les Rennais. Double buteur en barrage, l’ancien Stéphanois est la recrue la plus chère du club russe, fondé par un oligarque il y a un peu plus de dix ans.

En attendant le dévoilement du calendrier vendredi, le club de François Pinault s’est montré prudent sur ses ambitions. « On est parmi les plus petits coefficients de la compétition. J’imagine que les autres équipes voudront prendre six points contre nous. On essaiera de leur voler le maximum de points », a fait savoir Julien Stéphan. Sur les réseaux, les supporteurs ont préféré ce mot : « Rêvons ». Plus que 20 ou 21 dodos à attendre.