VIDEO. Equipe de France : Pour Evra, les propos de Le Graët sur le racisme sont « une vraie bavure d'enflure »

FOOTBALL L'ancien international français s'est lancé dans une diatribe contre le patron de la FFF sur les réseaux

W.P.

— 

Patrice Evra
Patrice Evra — Twitter

L’ancien international français Patrice Evra a incendié le patron de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, dans une vidéo postée sur les réseaux mardi. Evra y dénonce les récents propos du patron de la 3F sur l’absence supposée de racisme dans le football, alors même que l’affaire Alvaro-Neymar-Sakai bat son plein. « Là c’est grave, commente Pat Evra, après avoir bricolé une petite mise en scène en entrée de vidéo. C’est une vraie bavure d’enflure. »

Dans sa longue diatribe, l’ancien latéral gauche de l’équipe de France et Manchester United exhorte Le Graët à ne pas se représenter aux prochaines élections de la fédé. « Il te restait une mèche sur le caillou, mais là, il n’y a plus rien. 79 piges, il faut partir. Il y a les élections en mars, tu vas pas avoir le courage de te représenter ? En France, on n’est pas des bouffons, on peut pas laisser passer ça ? »

« On est en France, on n’est pas chez nous »

Evra a en outre raconté comment les plans de table étaient modifiés lors des réceptions du président de la République dans les quartiers de l’équipe de France. « On a quand même des places attribuées quand on mange. On a l’habitude de se mettre à côté de ce gars, parce qu’on a de bonnes relations. Et à chaque fois que le Président il venait, ou des hommes politiques, là tout changeait. Où il y avait normalement Mamadou Sakho ou Bacary Sagna, beaucoup de "sombritude", il fallait changer. Là, on mettait un Hugo Lloris et un Laurent Koscielny et le président au milieu. Mais on savait, c’était les règles du jeu, on est en France, on n’est pas chez nous. »

Enfin, il recommande aux joueurs français en activité de ne pas liker la vidéo « sinon, plus de sélection » et clame son envie de voir des gens respectables « comme Arsène Wenger » au sommet de la FFF à la place de Le Graët qu’il ne considère pas comme raciste mais pour qui il a perdu « tout respect ».