Cristobal Huet, le gardien de l’équipe de France de hockey sur glace, évolue en NHL

© 20 minutes

— 

Vous avez été drafté par Los Angeles en 2001. Comment vous êtes-vous imposé au sein de la NHL, la Ligue américaine de hockey sur glace ? Cristobal Huet : Je savais qu’il y avait encore beaucoup d’étapes à franchir pour pouvoir jouer en NHL après avoir été drafté, en 2001. Cela m’a un peu dégoûté de devoir faire mes preuves pour évoluer dans l’équipe, mais c’était un gros challenge. J’ai aussi beaucoup appris au contact de Roman Cechmanek (l’autre gardien des Kings, ndlr), très talentueux même s’il a un style peu conventionnel. Comment faites-vous pour jouer 82 matchs dans la saison, aux quatre coins des Etats-Unis ? Une semaine par mois, nous nous déplaçons en tournée pour jouer les matchs à l’extérieur. Cela se fait dans d’excellentes conditions. C’est pour ma femme que c’est difficile. Vous évoluez à Los Angeles, la cité des stars. Avez-vous pu en apercevoir quelques-unes ? J’ai croisé Cuba Gooding Jr ou Julia Roberts à la patinoire. J’ai aussi vu Jack Nicholson au match de basket des Lakers. Quel a été l’accueil des médias et du public américain pour le seul joueur français de la Ligue ? Les gens ont été plutôt sympas. En revanche, les journalistes m’ont souvent posé des questions sur les relations franco-américaines, en cherchant la petite bête. Quelles sont vos ambitions avec l’équipe de France ? Il faut tout d’abord se maintenir dans le groupe A, l’élite mondiale. Ensuite, nous devons nous qualifier pour les Jeux olympiques de 2006. Et avec les Kings ? Je vais tout d’abord me reposer et attendre un peu, car l’avenir est flou. J’espère resigner à Los Angeles, mais il faut espérer que la grève des joueurs ne sera pas trop longue. Propos recueillis par Gaël Anger