Coronavirus : Jauge réduite à 11.500 personnes et (tous) les joueurs logés à l’hôtel, on connaît le protocole sanitaire de Roland-Garros

TENNIS La FFT a communiqué ce lundi sur les conditions du déroulement du Grand Chelem parisien prévu dans deux semaines

J.L.

— 

Si tout va bien, on pourrait donc être au moins 5.000 dans le public de Roland-Garros fin septembre. (illustration)
Si tout va bien, on pourrait donc être au moins 5.000 dans le public de Roland-Garros fin septembre. (illustration) — Michel Euler/AP/SIPA

Pas de bulle aussi hermétique qu’à l’US Open pour les joueurs, mais une jauge finalement plus réduite que prévu pour les spectateurs. Deux semaines avant le début des qualifications, l’état-major de la FFT a (enfin) précisé ce lundi le protocole sanitaire exact qui régira la tenue du tournoi de Roland-Garros à l’automne, pour la première fois de son histoire. 20 minutes vous résume ce qu’il faut en retenir

11.500 spectateurs par jour maximum

Si la Fédération a un temps caressé le souhait d’accueillir jusqu’à 25.000 spectateurs, soit 60 % de sa jauge habituelle, « Il a fallu tenir compte de l’évolution de la situation sanitaire en Ile-de-France », a expliqué Jean-François Vilotte, le directeur général de la Fédération. « La décision que nous avons prise, c’est de diviser les 12 hectares du site en trois sous-espaces indépendants les uns des autres et autonomes du point de vue de l’accueil du public ». Cela veut dire concrètement 5.000 spectateurs pour le Central et certains courts annexes, 5.000 aussi pour le Suzanne-Lenglen et le reste des courts annexes, et enfin 1.500 pour le court Simone Mathieu.

Une gymnastique qui va obliger la Fédération à rembourser un certain nombre de spectateurs qui ont déjà acheté leurs billets. Les chanceux qui pourront finalement assister aux matchs devront évidemment porter le masque en permanence, y compris dans les tribunes.

Des joueurs testés plusieurs fois et tenus de se rendre à l’hôtel

Cette fois, pas d’exception pour Novak Djokovic comme à New-York. A l’instar de Rafael Nadal qui a confirmé sa participation à Guy Forget, le Serbe devra loger dans l’un des deux hôtels réservés par l’organisation pour le seul usage des joueurs. Attention quand même, les deux hôtels n’ont pas été réservés dans leur intégralité (impossible selon le DG de la FFT), mais des circuits indépendants ont été prévus pour permettre aux joueurs d’évoluer en vase clos.

En cas de PCR positif, tous les cas contacts qui n’ont pas respecté les gestes barrières seront eux aussi exclus sur le champ et devront respecter un isolement strict. Pas de sanction, donc, pour ceux qui aiment les parties de carte tard le soir avec un masque sur le nez. «Sans commenter ce qui a pu se passer à l’US Open, on veut éviter que les personnes aient le sentiment d’une quelconque incertitude », avance Jean-François Vilotte. On ne jurera pas que tout est clair, mais cela devrait être moins folklorique (et injuste) qu’a New-York.

Quoi d’autre ? Les joueurs n’auront pas accès au stade de Roland-Garros les jours où ils ne jouent pas, et ne se verront remettre leur accréditation que lorsque le premier test PCR reviendra négatif. Ce suivi biologique sera complété par trois autres tests tous les cinq jours, pour ceux qui vont au bout. A la différence de l’US Open, Guy Forget, le directeur du tournoi « a fait le choix d’une programmation quasi complète avec 750 matchs au programme », dont les juniors et le tennis-fauteuil.

Un prize-money en diminution mais plus équitable

Si Guy Forget a dû jongler des nuits entières pour présenter un prize-money presque aussi important que les années passées, soit 38 millions d’euros à partager, la FFT entend se distinguer par une meilleure répartition des gains entre les moins bien classés et les top players.

« La Pyramide a été revue en profondeur pour afficher notre solidarité avec les joueurs en cette année particulière. 30 % d’augmentation à la dotation du premier tour, et 27 % pour les qualifications. Le ratio entre le vainqueur et le perdant du premier tour sera de 27 contre 50 l’an passé ».

Comme l’an passé, certains matchs pourront se terminer tard le soir afin de s’adapter notamment au changement de saison, qui risque de nous offrir une luminosité bien moins longue en octobre. La mise en place de l’éclairage sur 12 courts au lieu des quatre initialement prévu sera bien utile pour poursuivre les matchs jusqu’à leur terme, et le tout nouveau toit du Central aura certainement l’occasion de servir quelques fois. Mais avec 5.000 personnes maximum en tribunes, finale comprise.