Roland-Garros : Le tournoi accueillera « 50 à 60 % de sa jauge de spectateurs habituelle », annonce Giudicelli

TENNIS Cela représente environ 20.000 spectateurs par jour en début de quinzaine

Nicolas Camus

— 

Le court Philippe-Chatrier à Roland-Garros dispose désormais d'un toit.
Le court Philippe-Chatrier à Roland-Garros dispose désormais d'un toit. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Roland-Garros aura lieu cette année du 21 septembre au 11 octobre, qualifications incluses. 
  • Comme espéré, le tournoi parisien pourra accueillir du public. 
  • Le président de la FFT Bernard Giudicelli a annoncé jeudi qu'il y aura au final de 50 à 60% de la jauge habituelle de spectateurs. 

Roland-Garros prend forme. Et avec du public. Le tournoi du Grand Chelem, qui aura lieu cette année du 21 septembre au 11 octobre en raison de la pandémie de coronavirus, pourra accueillir « 50 à 60 % de sa jauge de spectateurs habituelle », a annoncé ce jeudi le président de la Fédération française de tennis (FFT), Bernard Giudicelli. Cela représente en début de quinzaine environ 20.000 spectateurs par jour dans l’enceinte de la Porte d’Auteuil, et près de 10.000 au moment des finales.

La billetterie va ouvrir le 9 juillet pour les licenciés de la FFT, le 16 juillet pour le grand public. « Si la situation s’améliore, on mettra en vente plus de billets en septembre, a précisé Giudicelli. A l’inverse, si elle se détériore, nous serons dans l’obligation de réduire le nombre de billets et donc de procéder à des remboursements. » Qui se feraient alors par tirage au sort, « malheureusement le seul système équitable », a indiqué Jean-François Vilotte, le directeur général de la fédération.

De ce que l’on a compris lors de cette conférence de presse téléphonique, les deux dirigeants, qui ont œuvré en collaboration avec le ministère des Sports et un collège de scientifiques, tablent plutôt sur la première option. Mais un rebond des contaminations à la fin de l’été n’est pas tout à fait exclu. Un nouveau point d’étape sera fait fin août, après les prochaines annonces du gouvernement.

Possibilité d’être côte à côte par groupes de quatre

Concernant les prix, ils sont les mêmes que ceux prévus initialement. Le billet le moins cher pour accéder aux courts annexes est toujours fixé à 20 euros, celui pour entrer sur le Philippe-Chatrier à 50 euros. Dans la fourchette haute, il faudra compter 260 euros pour être excellemment placé le jour des finales hommes et dames.

Le placement en tribune à l’intérieur des courts a visiblement tourné au casse-tête. Il a finalement été décidé que sur les trois courts principaux (Philippe-Chatrier, Suzanne-Lenglen et Simonne-Mathieu), les spectateurs devront respecter un siège d’écart, sauf si l’on achète des places à plusieurs, dans une limite de quatre personnes. Dit autrement, vous pouvez venir et vous asseoir côte à côte avec vos potes ou votre famille, mais pas à plus de quatre. « Les billets seront valables pour un jour, un court et une catégorie de place. L’emplacement définitif sera communiqué à l’acheteur mi-septembre », a expliqué Bernard Giudicelli.

« Les règles peuvent changer en cours de tournoi si le public se comporte mal »

Sur les courts annexes, la donne est plus simple. Un siège sur deux sera condamné, le placement étant libre sur ceux restant disponibles. A noter que le port du masque sera obligatoire sur tout le site du tournoi, mais seulement recommandé une fois assis en tribune. Il n’y aura pas de sens de circulation prévu dans les allées, « sauf si la situation sanitaire l’impose à ce moment-là », a indiqué Jean-François Villote.

« On fait appel à la responsabilité de tous. Les règles peuvent changer en cours de tournoi si le public se comporte mal », a ajouté le directeur général de la FFT. Quant aux joueurs, le protocole qui entourera leur venue sera annoncé ultérieurement.