Manchester City - OL : La revanche du foot français et de la Farmers league sur l'Europe

FOOTBALL La Ligue 1 savoure sa revanche sur l'élite du foot européen

William Pereira

— 

La farmers league vous salue bien
La farmers league vous salue bien — Thierry Zoccolan / AFP

De notre envoyé spécial à Lisbonne,

Vendredi, veille de match, la conférence de presse de Pep Guardiola nous a laissé un goût amer. Rien de personnel contre l’entraîneur de Manchester City, qui ne faisait que répondre à ce qui lui était demandé. Le problème venait plutôt des questions de nos confrères d’outre-Manche. Quasiment aucune sur l'Olympique lyonnais, alors futur adversaire des Citizens. Tout tournait autour de l’occasion unique que ce format de compétition offrait à City d’aller au bout de la Ligue des champions. Comme s’ils avaient déjà battu d’avance l’OL.

Consciente ou pas, cette insupportable arrogance finit toujours par être punie. On appelle ça le karma. En 2004 quand José Mourinho déboule le long de la ligne de touche d’Old Trafford pour fêter le but de la qualification contre Manchester United avec Porto, c’était déjà pour punir la suffisance britannique avant la rencontre. Sir Alex Ferguson dans le texte : « Porto ? A chaque fois qu’ils achètent une bouteille de lait au supermarché ils gagnent leur championnat. » A deux doigts d’inventer le concept de farmers league, dont la France est estampillée depuis une bonne décennie chez la reine. On avait d’ailleurs écrit à ce sujet pas plus tard que l'année dernière.

Mbappé se paye les trolls

Cette fois, ce n’est pas l’entraîneur ni même un joueur lyonnais qui s’est chargé de narguer le Royaume, mais Kylian Mbappé en personne à travers un tweet bien senti.

Les Citizens expulsés de Lisbonne, il ne reste plus que deux clubs allemands – Bayern et Leipzig – ainsi que deux clubs français – Paris et Lyon. Une victoire en forme de bras d’honneur dont on est les premiers à se délecter, même s’il faudra plus qu’un dernier carré d’une Ligue des champions qui compte à moitié pour du beurre pour ouvrir les yeux de nos amis anglais et leur rappeler que c’est nos pseudo-quiches que West Ham va chercher chaque été pour 40 plaques.

Lyon gagne donc Lyon devient fort

Après leur succès en quart, les Lyonnais n’ont pas l’orgueil revanchard. Tout au plus revendiquent-ils, comme Anthony Lopes, le droit de continuer à rêver. « On est clairement l’équipe surprise aujourd’hui, pas grand monde nous attendait là. Mais on a le droit de rêver et on va continuer à le faire. » Pep Guardiola a, de son côté, tenu à féliciter son tombeur qui est comme par magie devenu une équipe super balèze à ses yeux, probablement parce qu’au fond ça l’arrangeait un peu.

« Comme beaucoup d’équipes françaises, ils ont très bien défendu, ils ont été agressifs sur les duels. Et après ils cherchaient vite les ballons en profondeur pour faire des un contre un. Il y avait beaucoup d’engagement, beaucoup d’agressivité. Félicitations à l’OL pour sa demie. Ekambi, Dembele c’était important de gagner ces deuxièmes ballons et ils l’ont fait. Aouar et Guimaraes sont des joueurs extraordinaires. Leur manière de jouer, d’attaquer la profondeur, de changer de côté, c’est fort. »

Suffisamment fort pour arrêter d’être pris pour des branquignolles par l’élite autoproclamée de l’univers ? Réponse au prochain tour, même si on ne se fait que peu d’illusions quand on voit que le PSG a été moqué sur l’Internet anglais pour n’avoir battu l’Atalanta « que » 2-1.