Top 14 : Montpellier va payer une amende de 3 millions d’euros dans l’affaire du salary cap

RUGBY Le LNR et le club héraultais ont trouvé un accord financier

C.C. avec AFP

— 

Mohed Altrad, le patron du MHR
Mohed Altrad, le patron du MHR — Alain ROBERT/SIPA

Montpellier va payer 3 millions d’euros à la Ligue nationale de rugby (LNR) pour solder leurs différends des dernières saisons sur le plafond de masse salariale du club. « Aux termes de la médiation intervenue entre le Salary Cap Manager de la LNR et le Montpellier Héraut Rugby en vertu du Règlement relatif à l’éthique et l’équité sportive – Salary Cap, il a été mis fin à l’ensemble des différends opposant le Salary Cap Manager au MHR par le paiement par ce dernier à la LNR d’une contribution exceptionnelle d’un montant de 3 millions d’euros », a déclaré la LNR.

Cet accord autour d’un montant conséquent met fin à un feuilleton récurrent ces dernières saisons, qui voyait la LNR épingler le club du président Mohed Altrad pour dépassement de ce plafond, fixé à 11,3 millions d’euros, et le MHR obtenir totalement ou partiellement gain de cause en appel auprès d’autres instances. En 2019, la Ligue avait infligé au club héraultais une amende de 470.000 euros pour avoir dépassé le plafond de la masse salariale lors de la saison 2017-2018 (400.000 au titre du dépassement et 70.000 au titre du manquement à la communication de certains éléments). En vain donc.

Fin des polémiques ?

La LNR, qui a fait de ce plafond, fixé à 11,3 millions d’euros par saison, son cheval de bataille, avait réagi en déplorant « la remise en cause de cette décision de première instance ». En septembre 2018, déjà dans le viseur de la LNR pour un dépassement du plafond estimé entre 350.000 et 400.000 euros lors de la saison 2016 – 2017, le MHR avait finalement été dédouané par la DNACG (Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion), puis par la commission d’appel de la FFR, déjà.

Ces décisions favorables au MHR avaient reposé la question du lien entre son propriétaire, l’homme d’affaires Mohed Altrad, et la FFR, dont il est devenu partenaire officiel.