Adria Tour : Thiem regrette d’avoir « agi de manière trop euphorique », Ivanisevic défend Djokovic

TENNIS Tous les joueurs présents dans les Balkans pensaient bien faire, et puis en fait non

N.C.

— 

Dominic Thiem et Novak Djokovic lors de l'étape de l'Adria Tour à Belgrade, le 14 juin 2020.
Dominic Thiem et Novak Djokovic lors de l'étape de l'Adria Tour à Belgrade, le 14 juin 2020. — Andrej ISAKOVIC / AFP

Dominic Thiem était présent à Belgrade, mi-juin, pour l’une des étapes de l’Adria Tour. Face à la polémique qui enfle depuis le début de semaine, après les tests positifs au Covid-19 de Djokovic, Dimitrov, Coric et Troicki, l’Autrichien a tenu à réagir.

« J’étais sous le choc quand j’ai entendu ce qu’il s’était passé. Nous avons joué sans public pendant des semaines donc nous étions plus qu’heureux d’avoir des fans pour la compétition, a-t-il expliqué sur Instagram Nous avons fait confiance aux règles mises en place par le gouvernement serbe sur le Covid-19, mais nous avons été trop optimistes ».

« Notre comportement était une erreur, nous avons agi de manière trop euphorique, a-t-il ajouté. Je suis extrêmement désolé. » Après Belgrade, Thiem n’avait pas poursuivi avec les autres joueurs. Il est rentré chez lui puis a participé à l’UTS, organisé par Patrick Mouratoglou à Sophia-Antipolis. Peut-il avoir infecté du monde dans le sud de la France ? « J’ai été testé cinq fois ces dix derniers jours, les résultats ont toujours été négatifs », assure-t-il.

Critiqué de toutes parts ces derniers jours, l’organisateur de cette tournée dans les Balkans, Novak Djokovic, a reçu le soutien de son coach – et accessoirement directeur de ce tournoi –, Goran Ivanisevic. « C’est facile d’être les plus intelligents du monde maintenant. Novak a essayé quelque chose de grand, quelque chose qui avait un caractère humanitaire, après que nous avions tous été emprisonnés ensemble pendant trois mois », a dit le Croate sur la chaîne Sportklub, selon des propos relayés par l'Equipe.

Un cluster, vraiment ?

Le vainqueur de Wimbledon 2001 admet que la sortie décriée en boîte de nuit n’était pas indispensable, mais personne n’y est allé sous la contrainte. Surtout, selon lui, le point de départ des infections est peut-être à chercher ailleurs.

« Marko Paniki, l’entraîneur de fitness de Novak Djokovic, n’était pas à la fête, mais il est positif. J’étais avec Novak à Belgrade tous les jours, ainsi qu’à Zadar, et je ne le suis pas. Miljan Amanovic, le physiothérapeute de Novak, a traité le coude de Grigor Dimitrov à Zadar, plus d’une fois, et que son test soit négatif. Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer cela ? »