Volley : L’international Kévin Le Roux sort le chéquier et vole au secours du Rennes Volley

SPORT Le géant français aurait réuni les 300.000 nécessaires au sauvetage du club de Bretagne, région où il a débuté sa carrière

C.A.

— 

L'international Kévin Le Roux ici sous le maillot de l'équipe de France en 2018 à Katowice, en Pologne.
L'international Kévin Le Roux ici sous le maillot de l'équipe de France en 2018 à Katowice, en Pologne. — Pressfocus / Sipa

Un colosse de 2,09 m. Voilà peut-être à quoi ressemble le super sauveteur du Rennes Volley. En proie à de grandes difficultés financières, le club breton évoluant en Ligue A pourrait recevoir le soutien de l’international français Kévin Le Roux. D'après Ouest-France, celui qui a évolué six mois sous les couleurs rennaises en 2018 aurait réuni les 300.000 euros nécessaires au sauvetage du club rennais, en compagnie de plusieurs investisseurs privés. Reste à convaincre la Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion (DNACG), la police du volley français, qui devra valider les comptes.

Interrogé par le quotidien breton, le central a justifié son choix par son attachement à la région où il a grandi. Petit, le joueur a vécu à Saint-Malo et joué ses premiers matchs de volley à Dinard (Ille-et-Vilaine) avant d’embrasser la brillante carrière qu’on lui connaît. « J’ai été contacté par les dirigeants du Rennes Volley 35 à la suite de la possible fermeture du club. Je connais bien le club et je ne peux me résoudre à la fermeture du seul club de volley professionnel de la région Bretagne. J’ai une forte envie de redonner au volley breton », a fait savoir le joueur à Ouest-France.

Egalement interrogé par L'Equipe, celui qui évoluait cette année en Chine a en revanche écarté l’hypothèse de le voir jouer sous les couleurs rennaises si le club survivait. « Je compte poursuivre ma carrière ailleurs. Mais l’heure n’est pas encore venue pour moi de rentrer jouer en France. Un peu plus tard, oui, avec grand plaisir ». Le quotidien sportif rappelle par ailleurs que l’agent de Kévin Le Roux n’est autre que George Matijasevic, le père de l’entraîneur rennais Nikola Matijasevic.

Dix équipes avaient demandé l’exclusion de Rennes

Longtemps leader de la Ligue A cette saison, le Rennes Volley a terminé la saison écourtée à la troisième place après un retrait de trois points imposé (plus deux avec sursis) par la DNACG en raison de la mauvaise gestion financière du club. Une sanction insuffisante aux yeux de plusieurs clubs français. Dix équipes de Ligue A (Narbonne, Tours, Chaumont, Nantes-Rezé, Tourcoing, Ajaccio, Poitiers, Cannes, Sète, Montpellier) avaient fait part de leur indignation et demandé l’exclusion des play-offs du club breton.