Coronavirus : La FFR assure avoir les ressources pour surmonter la crise

RUGBY La pandémie a néanmoins coûté quatre millions d'euros à la fédération

W.P, avec AFP

— 

Le patron de la FFR, Bernard Laporte
Le patron de la FFR, Bernard Laporte — Nicolas Datiche/SIPA

La Fédération française de rugby (FFR) assure avoir les moyens de traverser les turbulences provoquées par la pandémie de coronavirus « tout en restant au soutien de nos clubs ». L’instance a, dans le même communiqué, estimé le coût de cette crise à quatre millions d’euros.

« Le rugby français peut compter sur la situation financière robuste de la FFR avec une trésorerie de 76 millions d’euros dont 59 millions d’euros de fonds assurance, des fonds propres estimés à 32,5 millions d’euros et près de 110 millions d’euros assurés jusqu’en 2024 grâce à nos contrats partenaires », a expliqué Alexandre Martinez, trésorier général de la FFR, dans ce communiqué publié lundi.

Le report de France-Irlande a coûté cher

« Nous avons donc les ressources pour traverser cette crise tout en restant au soutien de nos clubs », a ajouté le dirigeant. Dans un courrier de 11 pages, la FFR s’est voulue rassurante en faisant le bilan de sa situation financière avant et après la pandémie, qui a mis à l’arrêt toutes les compétitions de rugby en France.

Selon ce document, la trésorerie de la FFR est, au 30 avril 2020, de 76 millions. La Fédération dispose également de provisions pour « risques et charges à hauteur de près de 17 millions d’euros » pour un budget annuel de près de 110 millions d’euros. Enfin, les effets de la crise sanitaire sont estimés entre 3,5 et 4 millions d’euros, en partie liés à l’annulation du match France-Irlande dans le Tournoi des six nations.

En mars, le président de la Fédération Bernard Laporte avait promis une aide de 35 millions pour les clubs amateurs, visant à compenser leurs difficultés économiques.