Tennis: Novak Djokovic a pensé arrêter sa carrière en 2010

Coup de blues Le joueur, N.3 mondial à l’époque, a craqué après un quart de finale perdu à Roland-Garros contre l’Autrichien Jürgen Melzer

20 Minutes avec AFP

— 

Novak Djokovic le 2 février 2020 à Melbourne.
Novak Djokovic le 2 février 2020 à Melbourne. — Andy Brownbill/AP/SIPA

Quand on connaît aujourd’hui son niveau et son palmarès, on se dit qu’il a finalement pris la bonne décision. Pourtant, tout a failli s’arrêter en 2010 pour Novak Djokovic après un quart de finale perdu à Roland-Garros contre l’Autrichien Jürgen Melzer alors qu’il menait deux sets à rien, a raconté le n°1 mondial à Sky Sports Italia.

« J’ai pleuré après avoir été mis K.-O. »

A l’époque, le Serbe est numéro 3 mondial à seulement 22 ans et lutte déjà contre ses grands rivaux Roger Federer et Rafael Nadal… Pourtant l’idée d’arrêter tout le tourmente après ce revers à Paris. « Cette défaite a été très difficile pour moi sur le plan émotionnel. J’ai pleuré après avoir été mis K.-O. C’était un mauvais moment, je voulais arrêter le tennis parce que je voyais tout en noir », s’est confié Djokovic. « J’avais gagné en Australie en 2008 [son premier tournoi du grand chelem], j’étais numéro trois mondial, mais je n’étais pas heureux », a-t-il reconnu.

Mais, avec le temps, cette défaite a finalement été positive : « A partir de ce moment, je me suis senti libéré. Ça a fait tomber la pression, j’ai commencé à jouer plus agressivement, c’était un tournant ». Et même un vrai tournant : en 2011, Djoko gagne trois tournois du grand chelem et, aujourd’hui, il en compte 17, à deux longueurs de Nadal et trois du record absolu de Federer.

Il n’est donc maintenant plus question pour lui de vouloir arrêter mais plutôt de recommencer à jouer, alors que les circuits ATP et WTA sont stoppés en raison de la pandémie de coronavirus. « Officiellement, (la reprise) c’est le 13 juillet, mais beaucoup disent que ce sera difficile de reprendre à cette date », a-t-il craint, ajoutant qu’il était « important d’avoir de la clarté dans le calendrier ».