Coronavirus à Toulouse : Pour défier le confinement, il court un marathon sur son balcon

EXPLOIT Elisha Nochomovitz a couru un marathon sur le balcon de son appartement de Balma, en banlieue toulousaine. Un pied de nez au confinement durant l’épidémie de coronavirus

Nicolas Stival

— 

Elisha Nochomovitz après avoir couru un marathon sur le balcon de son appartement de Balma, en banlieue de Toulouse.
Elisha Nochomovitz après avoir couru un marathon sur le balcon de son appartement de Balma, en banlieue de Toulouse. — Elisha Nochomovitz / Instagram
  • Sportif accompli, Elisha Nochomovitz a parcouru un marathon sur son balcon mardi après-midi après le début du confinement lié à l’épidémie de coronavirus.
  • « Je me suis lancé un défi un peu idiot », sourit cet habitant de Balma, en banlieue de Toulouse, qui cherche à dédramatiser l’actualité tragique.
  • Le trentenaire, très présent sur les réseaux sociaux, prépare déjà un autre exploit « confiné ».

A 32 ans, Elisha Nochomovitz affiche déjà 36 marathons au compteur. Son trente-septième ne sera pas homologué : ce sportif accompli l’a couru mardi après-midi sur le balcon de son appartement de Balma, dans la banlieue est de Toulouse.

« C’était juste après le début du confinement, il y avait un climat pesant, les gens critiquaient ceux qui couraient dehors, raconte le Haut-Garonnais que l’on imaginerait davantage sur un terrain de rugby que sur le bitume, avec ses 90 kg de muscles pour 1,80 m. Alors, je me suis lancé dans un défi un peu idiot. Mais si ça peut faire sourire les gens ! »

Via Instagram, Elisha Nochomovitz a partagé cette étrange aventure avec ses 20.900 abonnés, dans un espace limité de sept mètres de long sur un de large. Un parcours atypique qui a fait disjoncter le GPS, qui a relevé un dénivelé de 1.250 mètres ! « Ma montre a buggé, le balcon est plat », s’amuse l’habituel employé d’un restaurant, au chômage technique en ces temps de coronavirus.

Alors oui, le parcours est triste, « la tête finit par tourner » et le style laisse à désirer. « Ma copine à l’intérieur de l’appartement m’a dit : "on dirait un chien qui court jusqu’à la palissade du voisin, avant de faire demi-tour". » Le temps réalisé (6 h 48 min) représente près du double de son record personnel établi à Barcelone voici tout juste un an (3 h 32 min). Au printemps 2019, cet ambassadeur de plusieurs marques de sport avait d’ailleurs couru dix marathons, dont sept en deux mois et demi (Barcelone, Marseille, Saint-Tropez, Paris, Albi, Saumur et Poitiers) !

« Si je peux faire rire le personnel soignant… »

Mais à présent, l’essentiel pour le trentenaire reste de dérider le quotidien. « Je ne peux pas aider dans les hôpitaux, mais si je peux faire rire le personnel soignant… D’ailleurs, j’ai eu beaucoup de réactions sur Instagram, avec plein d’humour. » Sans confinement, Elisha Nochomovitz aurait dû enchaîner les marathons de Barcelone, Paris, Saumur et Poitiers, entre mi-mars et fin mai.

« Et je courrai le grand trail des Templiers [78 km près de Millau en Aveyron] avec le team Compex en octobre », précise l’infatigable Balmanais. En attendant de retrouver le grand air, il a prévu un nouveau défi spécial confinement, d’ici quelques jours sur son home-trainer.