NBA : Refoulé par le service d'ordre du Madison Square Garden, Spike Lee est furax contre les Knicks

BASKET Le réalisateur américain n'a pas aimé la façon dont il a été traité mardi soir lors du match face aux Rockets

A.L.G.

— 

Spike Lee, fan inconditionnel des New York Knicks.
Spike Lee, fan inconditionnel des New York Knicks. — Mike Lawrie / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A la ramasse en  NBA  cette saison (13e sur 15 en conférence est), les New York Knicks  ont vécu une soirée mouvementée hors des parquets mardi soir au Madison Square Garden. Fidèle parmi les fidèles, le réalisateur Spike Lee, qui possède son siège « courtside » (au bord du parquet) depuis toujours ou presque, a failli être refoulé de la salle pour ne pas avoir emprunté l’entrée VIP mais celle réservée aux médias et aux employés du club.

« J’ai l’habitude d’entrer par là depuis 28 ans, a-t-il expliqué à ESPN. Le gars de la sécurité m’attendait comme si j’avais volé un truc chez Macy’s [grande chaîne de magasins aux Etats-Unis]. Il voulait que je sorte, pour re-rentrer ensuite. Mais c’était impossible, ils avaient déjà scanné mon billet. Donc, j’ai dit que je ne bougerais pas ».

Filmé dans les travées du MSG, le producteur s’en est pris au service de sécurité : « Personne ne me l’a dit [qu’il n’avait pas le droit d’entrer par là] ! Personne ne me l’a dit ! Allez-vous me traiter comme Charles Oakley ? », a-t-il demandé en référence à l’ancien joueur des Knicks, sorti du stade par les forces de l’ordre en 2017 après une altercation avec les services de sécurité. « Je reviendrai la saison prochaine, mais pour celle-ci c’est terminé, fini », a tranché Spike Lee au micro de ESPN.

Victoire des Knicks

Et si la tension a fini par redescendre, le fan des Knicks ayant échangé quelques mots et une poignée de main avec James Dolan, le propriétaire de la franchise, les Knicks ont tout de même publié un communiqué pour s’étonner de tout le ramdam provoqué par cette affaire. « L’idée que Spike Lee soit une victime parce que nous lui avons demandé à plusieurs reprises de ne pas utiliser l’entrée de nos employés et d’utiliser une entrée VIP dédiée – utilisée par toutes les autres célébrités – est risible », explique le club.

« C’est décevant que Spike crée cette fausse controverse, poursuit le communiqué. Il est le bienvenu au Garden à tout moment, via l’entrée VIP ou générale, mais pas via l’entrée réservée à nos employés, ce que Jim et lui ont convenu hier soir en se serrant la main ». A l’arrivée, Spike Lee a pu assister à l’improbable victoire des Knicks face aux Rockets de Houston (125-123). Et si c’était ça finalement la clé du succès ?