Violences sexuelles dans le patinage: Didier Gailhaguet démissionnera « si c'est le seul moyen de débloquer »

PATINAGE La position du président de la Fédération des sports de glace reste floue

W.P avec AFP

— 

Didier Gailhaguet
Didier Gailhaguet — Francois Mori/AP/SIPA

« Si je suis celui qui doit démissionner parce que c’est le seul moyen de débloquer, bien sûr que je le ferai », a déclaré le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG) Didier Gailhaguet ce jeudi, en plein scandale de violences sexuelles dans le patinage. « Mais par contre je voudrais avoir dit ce que j’ai encore à dire, qui n’est pas tout à fait terminé », a-t-il affirmé, dans l’émission C à vous sur France 5, dont il était l’invité jeudi soir.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a appelé Gailhaguet à la démission en avançant « sa responsabilité morale et personnelle » lundi, quelques jours après les accusations de viols et d’agressions sexuelles formulées à l’encontre de trois entraîneurs par quatre ex-patineuses, dont l’ancienne championne Sarah Abitbol.

Gailhaguet attendra la fin de l’enquête

Le patron du patinage français y a répondu en disant qu’il attendrait la fin de l’enquête administrative engagée par Roxana Maracineanu « avant de prendre une décision ».

« Logiquement, c’est après avoir fait une enquête qu’on détermine les coupables. Là, on désigne un coupable et ensuite on dit : "Je mets en place une enquête". Dans la démarche, je trouve que ce n’est pas être respectueux », a-t-il estimé.