Barcelone : 3-5-2, plus de 1.000 passes et 82,6 % de possession, Quique Setien impose (déjà) sa patte

FOOTBALL Largement dominateur face à Grenade, Barcelone s'est imposé grâce à son petit argentin pas trop mauvais avec le numéro 10

J.L. avec AFP

— 

Quique Setien a obtenu sa première victoire avec le Barça contre Grenade, le 19 janvier 2020.
Quique Setien a obtenu sa première victoire avec le Barça contre Grenade, le 19 janvier 2020. — ESPA Photo Agency/CSM/REX/SIPA

Le match n’était pas éblouissant, franchement, et il a encore fallu que Messi vole à la rescousse du Barça pour battre Grenade sur le fil (1-0)​ et reprendre la place de leader au Real Madrid, mais Quique Setien, le nouvel entraîneur du club catalan, a déjà changé deux/trois petites choses quand même.

Ceux qui l’ont vu avec le Bétis se souviennent peut-être d’une possession sans fin et d’un jeu de passe très bien léché, même si pas toujours percutant. Cela s’est vérifié dimanche soir. En dépassant les 1.000 passes et les 82 % de possession, le Barça a retrouvé des chiffres oubliés. Cela faisait sept ans que les coéquipiers de Grizou n'avaient pas tenté autant de passes dans un match, et ils n’avaient jamais eu autant la balle avec Luis Enrique ou Ernesto Valverde.

Des chiffres favorisés évidemment par une supériorité numérique à 20 minutes de la fin qui a permis au leader de la Liga de faire tourner tranquillement en fin de match. Le 3-5-2 mis en place par Setien, avec le retour d’Umtiti à la place de Lenglet, doit y être pour quelque chose aussi.

« J’ai vu beaucoup de choses du Barça que je veux, ce soir. J’en avais déjà vu contre l’Atlético l’autre jour (en Supercoupe d’Espagne), a expliqué le coach catalan. Le Barça fait des choses bien depuis des années. Il n’y a pas tant de choses à changer. La rigueur, peut-être, la discipline mentale, pour garder cette concentration pendant 90 minutes et éviter de perdre des matches qui étaient déjà presque gagnés ». A confirmer la semaine prochaine à Valence, sur un terrain a priori bien plus hostile.