Lille-Montpellier : Jonathan Ikoné, l’histoire d’un rendez-vous raté avec le MHSC

LIGUE 1 Les routes du milieu de terrain du Losc et du MHSC où il a passé deux saisons presque blanches se croisent à nouveau ce vendredi

Jérôme Diesnis

— 

Jonathan Ikoné, ici en décembre 2018 lors de ses retrouvailles avec Montpellier.
Jonathan Ikoné, ici en décembre 2018 lors de ses retrouvailles avec Montpellier. — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse
  • A 21 ans Jonathan Ikoné a découvert cette saison l’équipe de France et la Ligue des champions sous le maillot de Lille.
  • Mais à Montpellier, où il a été prêté pendant deux ans par le PSG avant d’être transféré au Losc, cette trajectoire était loin d’être évidente.
  • Dans l’Hérault, son manque d’investissement lui avait souvent été reproché. « Tant mieux pour lui qu’il fasse de bonnes saisons », estime, beau joueur, son ex-coach Michel Der Zakarian.

L’équipe de France (4 sélections, 1 but), la Ligue des champions… Jonathan Ikoné touche depuis le début de la saison à ce qui se fait de mieux pour un footballeur. Un an après avoir explosé au haut niveau, au Losc. La trajectoire du milieu de terrain de 21 ans se poursuit, depuis son arrivée au centre de formation du PSG et son ascension régulière avec toutes les équipes de France jeunes. Des U16 aux espoirs, il y a cumulé 52 sélections et claqué 20 buts.

Et pourtant, vu de Montpellier qu’il retrouve ce vendredi avec Lille en ouverture de la journée de Ligue 1, cette évolution était loin d’être évidente. Alors prêté deux saisons par Paris, Ikoné y a laissé l’image d’un joueur pétri de talent, mais pas assez impliqué au quotidien dans son métier de footballeur. « Tant mieux pour lui qu’il fasse de bonnes saisons. Qu’il ait retrouvé un bon niveau. Chez nous, il avait un bon niveau mais pas l’investissement pour devenir un joueur de haut niveau, souligne Michel Der Zakarian. C’était un problème de maturité. Il a été acheté au PSG. Il a compris qu’il fallait qu’il travaille autrement pour le haut niveau. C’est souvent le problème des jeunes joueurs. »

« Être plus décisif, c’est souvent ce qui ressort »

Deux saisons presque blanches (2 buts et 2 passes décisives en 32 matchs de L1), loin des attentes portées sur cet élément que le MHSC avait un temps envisagé de faire signer. Avant de jeter l’éponge. « Il coûtait cher. Après, il faut un investissement, même quand on est prêté, reprend l’entraîneur. Quand on est un joueur offensif, il faut marquer. Et chez nous, il ne l’a pas beaucoup fait. »

Trop dilettante ? C’est parfois ce que lui ont reproché encore les supporters de Montpellier mais aussi ceux de Lille en début de saison, quand les résultats ne suivaient plus. Etre plus décisif, c’est aussi ce qui lui est demandé au Losc. « C’est souvent ce qui ressort, c’est vrai, reconnaît le joueur sur le site Internet du Losc. J’essaie de travailler la finition, d’avoir plus envie de marquer. » A 21 ans, Ikoné a mûri, depuis son départ de Montpellier. Mais il doit encore grandir pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés…