Montpellier : « La ligue bafoue même l’hommage à un garçon mort pour la France », regrettent les supporters du MHSC

LIGUE 1 La tribune Etang de Thau est fermée ce samedi après l’hommage rendu à Ronan Pointeau, militaire français tué au Tchad et supporter du MHSC

Jérôme Diesnis

— 

Le sursis infligé lors de la réception de Nîmes est tombé après la réception de Toulouse.
Le sursis infligé lors de la réception de Nîmes est tombé après la réception de Toulouse. — Nicolas Bonzom / Agence
  • Le 10 novembre, les Ultras du MHSC avaient rendu hommage à Ronan Pointeau, militaire français tué début novembre au Tchad et supporter abonné depuis plusieurs saisons au MHSC, avec un tifo et des fumigènes.
  • La ligue a décidé de faire tomber le sursis sur le club.
  • Une décision qui a entraîné la colère et l’incompréhension des supporters.

C’était le 10 novembre. Ce soir-là, lors de la réception de Toulouse, les Ultras de Montpellier avaient rendu hommage à Ronan Pointeau, militaire français tué début novembre au Tchad et supporter abonné depuis plusieurs saisons au MHSC.

Un hommage digne qui avait touché ses parents, présents au stade ce soir-là, avec un tifo à son effigie et des fumigènes allumés pendant la minute de silence. Sourde à la symbolique de cet hommage, la commission de discipline de la LFP a décidé de sanctionner de nouveau le club, et à travers lui les supporters, en fermant la tribune Etang de Thau par révocation d’un sursis.

« Aucun cœur derrière ça »

 « On a bien vu la saison dernière que la ligue se moque des sentiments des gens, quand Nantes a été sanctionné après l’hommage rendu à Emiliano Sala. Malheureusement, la ligue vire au ridicule. Si elle nous avait infligé une amende et pas révoqué le sursis, personne ne lui aurait tapé sur les doigts », estime Dony, vice-président des Armata Ultras. Il n’est pas étonné pour autant par ce type de décision. « A travers l’association nationale des supporters dont nous sommes adhérents, on se bat toute l’année contre ces sanctions collectives qui sont injustifiées. Les sanctions sont prises à la tête du client, avec des barèmes qui fluctuent en fonction des clubs. C’est totalement anormal. »

Comme face à Angers, les habitués de l’Etang de Thau se retrouveront en tribune Méditerranée, habituellement fermée. « Il n’y a aucun cœur derrière cette décision. C’est notre façon de rendre hommage et c’est malheureux de ne pas chercher à le comprendre, regrette Sylvain, de la Butte Paillade. On a rendu hommage à un garçon qui a donné sa vie pour la France et même ça, la ligue le bafoue. Malheureusement, on est habitués, le dialogue est impossible avec eux. »