Dopage : La Russie « n’a aucune chance de gagner en appel », selon le patron de la Rusada à Moscou

OLYMPISME Youri Ganus a brièvement réagi à la sanction de l'AMA à l'encontre de son pays

J.L.

— 

Yuri Ganus, le président de l'agence antidopage russe (Rusada), lors  d'une conférence de presse à Moscou le 16 novembre 2017.
Yuri Ganus, le président de l'agence antidopage russe (Rusada), lors d'une conférence de presse à Moscou le 16 novembre 2017. — Pavel Golovkin/AP/SIPA

La Russie, exclue lundi pour quatre ans des Jeux olympiques par l’agence mondiale antidopage, n’a « aucune chance » de gagner en cas d’appel, a dit à l’AFP le patron de l’agence antidopage Rusada. « Il n’y a aucune chance de gagner devant un tribunal », a estimé Youri Ganus, la Russie pouvant faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Pour lui, l’exclusion de la Russie constitue par ailleurs une « tragédie » pour les sportifs honnêtes.  «C'est une tragédie. Les sportifs propres voient leurs droits limités», a-t-il regretté, lui qui depuis des semaines dénonce les manipulations de données orchestrées selon lui par des hauts responsables russes pour couvrir des sportifs dopés.

Ganus, dont nous vous proposions un portrait fouillé​ la semaine dernière, n’est pas la voix officielle de la Russie loin de là. Au sein de l’Agence mondiale antidopage (AMA), certains pensent même qu’il joue un double jeu pour faire en sorte que la Russie soit finalement blanchie par le TAS, arguant que l’agence antidopage russe a bien fait son travail de réforme malgré les pressions du pouvoir politique. Le Kremlin n’a pas officiellement réagi.