Bordeaux : Emilie Andéol, championne olympique au chômage, raconte sa galère

JUDO Depuis son titre à Rio, la Bordelaise vit des moments compliqués

C.C.

— 

Emilie Andéol champion olympique aux JO de 2016.
Emilie Andéol champion olympique aux JO de 2016. — Jack GUEZ / AFP

« Parfois, je regrette d’avoir été championne olympique… », cette déclaration d’Emilie Andéol peut surprendre mais elle se comprend étant donné la situation actuelle de la judoka française. En effet, la championne olympique 2016 dans la catégorie des plus de 78 kg est tout simplement au chômage. Dans un témoignage poignant au Parisien, elle lance une forme d’appel à l’aide.

« Je suis en pleine galère, avoue-t-elle, c’est difficile de l’avouer, de se dire que j’ai charbonné pendant douze années pour en arriver là. On idéalise trop un titre olympique. Je pensais tellement que ça changerait ma vie… »

Celle qui a dû mettre un terme à sa carrière à cause de ses douleurs aux genoux raconte des mois très compliqués après son titre à Rio avec notamment une prise de poids (10 kg). Installée à Bordeaux depuis 2016, Emilie Andéol se retrouve dans cette situation malgré un « double projet » mené à bien.

Elle a son bac mais également un DUT techniques de commercialisation, une licence management des organisations, des diplômes pour être professeure de judo… Et pourtant rien ne vient : « J’ai toujours été consciente que le sport, ce ne serait que dix ans de ma vie, j’ai coché toutes les cases. Depuis, j’envoie des CV, des lettres, j’ai fait un bilan de compétences, j’ai peaufiné, j’ai repris des études… » Si elle affirme ne pas être encore à la rue, le temps se fait long pour la championne olympique.