Athlétisme : Yohan Blake juge « stupide » la réforme de la Ligue de Diamant voulue par Sebastian Coe

ATHLETISME Le sprinter jamaïcain a joint sa voix au scepticisme ambiant

N.C. avec AFP

— 

Yohan Blake, le sprinter jamaïcain, lors des Mondiaux au Qatar le 28 septembre 2019.
Yohan Blake, le sprinter jamaïcain, lors des Mondiaux au Qatar le 28 septembre 2019. — Ulrik Pedersen/Cal Sport Media/S/SIPA

La fronde s’organise contre Sebastian Coe et sa réforme de la Ligue de Diamant. Le Jamaïcain Yohan Blake, deuxième homme le plus rapide de l’histoire sur 100m et 200m, a ajouté sa voix à la grogne, lundi. « Je crois que toutes les disciplines sont importantes. On parle de carrière des sportifs, là où ils gagnent leur vie. (Coe) est là pour mettre le sport en valeur, mais il le tue », a critiqué l’ancien champion du monde, qui juge cette réforme « stupide ».

Afin de satisfaire les diffuseurs en leur proposant dès 2020 un programme concentré sur 90 minutes, le président de la Fédération internationale a décidé de supprimer quatre épreuves : le 200m, le triple saut, le 3.000m steeple et le lancer du disque. En contrepartie, l’IAAF a lancé un nouveau circuit de meetings, baptisé « Continental Tour », une sorte de 2e division qui regroupera notamment les épreuves exclues de la Ligue de diamant.

Vers la création d’une association des athlètes ?

Le champion du monde 2011 du 100 m, deuxième homme le plus rapide de la planète derrière la star en retraite Usain Bolt, n’est pas le premier à critiquer cette réforme voulue par Coe, réélu fin septembre à un second mandat de quatre ans à la tête de l’IAAF.

Un groupement d’athlètes américains a ainsi qualifié la réforme de « faux-pas majeur ». L’Américain Christian Taylor, double champion olympique du triple saut, a annoncé la création d’une association des athlètes devant leur permettre de faire mieux entendre leur voix. Les champions du monde en titre du 3.000 m steeple, les Kényans Conseslus Kipruto et Beatrice Chepkoech, ont vivement critiqué une « décision radicale », et le recordman du monde du décathlon, le Français Kevin Mayer, a lui regretté que l’athlétisme soit « esclave de la télé ».