TFC-Angers : Max-Alain Gradel remplaçant, un événement et un pari perdu

FOOTBALL Pour la première fois depuis décembre 2017, le capitaine toulousain Max-Alain Gradel a commencé un match de Ligue 1 sur le banc, ce mercredi contre Angers (0-2)

Nicolas Stival

— 

Max-Alain Gradel, le capitaine du TFC.
Max-Alain Gradel, le capitaine du TFC. — Pascal Pavani / AFP
  • Après 62 titularisations d’affilée en Ligue 1, Max-Alain Gradel était remplaçant ce mercredi contre Angers, avant d’entrer à la 67e minute.
  • Très décevant, le TFC a logiquement chuté face à Angers (0-2).

Alain Casanova a osé. Pour la venue d’Angers ce mercredi, l’entraîneur du TFC avait mis son intouchable capitaine sur le banc. C’était l’un des quatre changements dans le 11 de départ par rapport à la défaite à Nîmes, samedi (1-0), trois jours avant un autre rendez-vous à Metz. Mais aussi le moins attendu. Décevant dans le Gard, Max-Alain Gradel restait sur 62 titularisations d’affilée en Ligue 1 depuis le 2 décembre 2017 et un revers à Lille (1-0).

Pari tenté, pari raté. A l’issue d’un « non-match » (dixit Casanova), avec des joueurs « petit bras » (toujours lui), les Violets ont plié tardivement mais logiquement sur un doublé de Rachid Alioui (88e, 90e+5). « Tous ces choix, c’est un peu comme les résultats du Loto, a imagé le technicien toulousain. Une fois qu’on les connaît, c’est facile de dire que c’était bien ou pas. »

En l’occurrence, ce n’était pas bien, et le remplacement de Quentin Boisgard par Gradel à la 67e minute n’y a pas changé grand-chose, même si l’Ivoirien s’est démené, en vain. A peine entré, l’ancien Stéphanois de 31 ans a récupéré son aile gauche, occupée jusque-là par Wesley Saïd, et son brassard, confié d’entrée à Mathieu Dossevi. Mais il a gardé pour plus tard son traditionnel franc-parler.

« On prend un but sur un coup franc venu d’ailleurs »

Après la rencontre, le meilleur buteur toulousain du dernier exercice (11 réalisations en L1, contre une sur penalty pour l’instant cette saison) a ainsi assuré « ne pas avoir vu un match si mauvais ». Ah bon ? « Angers n’a pas eu plus d’occasions que nous, mais a été plus réaliste. On prend un but sur un coup franc venu d’ailleurs et un contre. »

C’est toujours mieux que Toulouse, qui n’a réveillé Ludovic Butelle, le gardien angevin, qu’à la 79e minute avec une frappe d’Aaron Leya Iseka, avant un but de la tête refusé à Issiaga Sylla pour une faute du Guinéen (90e+1).

« Je suis un être humain »

Le fait de se retrouver remplaçant a-t-il touché l’orgueil du champion ? « Je ne suis pas surpris, je suis un être humain, a répliqué Gradel avant de quitter la zone mixte du Stadium. C’est un groupe, il y en a un qui entre, l’autre qui sort. Cela s’applique à tout le monde, pas d’exception. » Un discours calqué sur celui d’Alain Casanova : « Nous avons 19 joueurs de champ d’un niveau très similaire, il faut que cette dynamique existe. »

Ce mercredi, elle a surtout existé du côté d’Angers, où Stéphane Moulin n’avait pas hésité à sortir six vainqueurs de Saint-Etienne dimanche (4-1), au cœur d’une semaine à trois matchs que le SCO achèvera chez lui samedi contre Amiens.