Marseille : Pourquoi l’OM lance un club dans la cité de Zidane, dans les quartiers Nord ?

FOOTBALL L'Olympique de Marseille offre plus de 40.000 euros pour relancer un club de football dans la cité de la Castellane, dans les quartiers Nord. Le quartier où Zidane a grandi n'avait plus d'équipe de foot

Jean Saint-Marc

— 

Les enfants de La Castellane vont pouvoir rejouer au foot cette saison.
Les enfants de La Castellane vont pouvoir rejouer au foot cette saison. — OM
  • Les minots de la Castellane, dans les quartiers Nord de Marseille, étaient sevrés de ballon depuis que le club historique a périclité.
  • L'OM a décidé de créer un club de toute pièce, une action plutôt rare.
  • Pour le club professionnel, c'est l'occasion de mettre en avant son volet social.

Le stabilisé est défoncé, plein de trous. Sa couleur s’est usée, tourne au kaki, et les lignes de touches sont invisibles. Les cages sont bien amochées. Au pied des barres dans lesquelles Zinédine Zidane a grandi, les terrains font peine à voir. Et c’est un bon résumé de l’état du football dans cette cité des quartiers Nord de Marseille.

L’an dernier, le club historique de la Castellane n’a même pas réussi à constituer d’équipe. « J’ai visité la cité il y a quelques mois et j’ai vu des dizaines d’enfants taper dans un ballon, alors qu’il n’y avait pas d’école de foot, raconte le président de l’OM Jacques-Henri Eyraud. Je me suis dit qu’il fallait changer ça et créer un vrai club. »

40.000 euros, des équipements gratuits et des formations

Car les minots accros se contentaient d’un maigre substitut, depuis quelques temps : des équipes de « corpo » montées à la va-vite par les éducateurs du centre social. « La compétition, les matchs tous les week-ends avec d’autres enfants, les déplacements… Ça manquait beaucoup à nos gamins », soupire Hacene Tachekaft, un des coachs. Il est désormais promu « directeur du sportif » d’un club fondé de toutes pièces, le FC La Castellane.

« Les clubs professionnels font beaucoup de choses sur leur territoire, mais je n’ai pas d’autres exemples de clubs qui auraient créé une équipe, reprend Jacques-Henri Eyraud. Je suis donc ravi et fier qu’on démarre cette aventure ! »

L’OM va donner « pas loin de 40.000 euros » cette année et formera les éducateurs du FC La Castellane. Les jeunes du club iront faire une dizaine d'entraînements à la Commanderie. Et l'OM a mobilisé d'autres partenaires : la FFF va payer les licences et les assurances des 64 enfants ; Puma fournit gratuitement les équipements ; et la région Sud met elle aussi au pot. Quel est l'intérêt de l'OM dans tout ça ? Il ne s'agit en tout cas pas de trouver le nouveau Zidane, assure Jacques-Henri Eyraud :

Il faut dire la vérité aux gens. Entre cinq et dix ans, on doit jouer au foot pour s’amuser. A cet âge-là, il ne doit pas y avoir de scouting, de pression ! »

Petite déception pour les minots qui nous confiaient leurs rêves entre un exercice de précision au tir et une initiation au taekwondo avec « JHE », qui a ré-enfilé un kimono pour l’occasion. « J’aimerais tellement jouer à l’OM et marquer des buts au Vélodrome », lance un petit, avant d’ajouter « ou au Real Madrid ! » Les contrefaçons des maillots des cadors européens étaient d’ailleurs majoritaires, ce mercredi, sur le « playground », loin devant les liquettes bleues ou blanches de l’OM.

«Très belle opération médiatique»

L’intérêt du club serait-il là ? « Pour l’OM, c’est déjà une très belle opération médiatique, commente Eric Borghini, président de la Ligue Méditerranée. Et ça fédère, ça donne un sentiment d’appartenance aux jeunes, qui vont grandir avec l’OM ! » Pour lui, c’est aussi un « retour » à une politique sociale, parfois négligée par l’ancienne direction. Il conclut : « Les dirigeants démontrent ainsi que les valeurs que portent l’OM, c’est d’aller en direction des plus faibles, en direction des gens qui souffrent dans les quartiers ! »