Rennes-Celtic Glasgow : « C’est une nouvelle histoire que l’on doit écrire », estime Julien Stéphan

FOOTBALL Après son épopée de l’an dernier, le club breton retrouve l’Europe ce jeudi soir avec la réception du Celtic Glasgow

Jérôme Gicquel

— 

Julien Stéphan a envie de revivre l'épopée européenne de l'an dernier.
Julien Stéphan a envie de revivre l'épopée européenne de l'an dernier. — Fred Tanneau / AFP
  • Eliminé en 8e de finale par Arsenal l’an dernier, le Stade Rennais retrouve la Ligue Europa ce jeudi soir.
  • Les joueurs de Julien Stéphan reçoivent le Celtic Glasgow.
  • Depuis l’épopée de l’an dernier, l’équipe bretonne a été profondément remaniée.

Six mois après son élimination sur la pelouse d’Arsenal, le Stade Rennais va retrouver le doux parfum des soirées européennes ce jeudi avec la réception du Celtic Glasgow en Ligue Europa. De quoi filer la banane aux supporters, toujours bercés par les exploits de la saison dernière.

Sur le papier en revanche, l’équipe n’a plus du tout la même allure. Sur les onze titulaires réguliers de l’épopée, six ont quitté la Bretagne cet été (Ben Arfa, André Sarr, Bensebaini, Mexer et Koubek). Pour les remplacer, le club a cassé sa tirelire en achetant notamment l’ailier brésilien Raphinha (21 millions d’euros) ou le milieu de terrain angevin Flavien Tait (9 millions).

Jérémy Morel a senti « une certaine ferveur »

Une toute nouvelle équipe donc qui aura la lourde tâche de faire oublier la précédente. « C’est une nouvelle histoire que l’on doit écrire, assure le coach Julien Stéphan. Il ne faut pas faire de comparaison avec ce qui s’est passé la saison dernière, on reconstruit quelque chose, on a envie de réécrire notre propre histoire avec ce groupe qui a réussi un très bon début de Championnat ».

Arrivé cet été, le défenseur Jérémy Morel connaît mieux que quiconque dans l’effectif les joutes européennes avec plus d’une quarantaine de matchs dans les chaussettes. Mais en revenant en Bretagne, sa région natale, l’ancien Lyonnais a vite senti que le vent avait tourné au Stade Rennais, autrefois moqué par la France du foot. « On peut sentir une certaine ferveur. Il y a une grosse émotion partagée entre les supporters et le club et on a envie de les faire perdurer ».

Un groupe de poules très relevé

Mais avant de rêver à un nouveau printemps européen, il faudra déjà sortir des poules. Et cela s’annonce coton vu les adversaires (Lazio Rome, Celtic Glasgow et les Roumains de Cluj). « C’est un groupe complètement différent de l’an dernier, beaucoup plus difficile avec un favori, la Lazio, qui se dégage et deux équipes habituées à jouer l’Europe », reconnaît Julien Stéphan.

« Cela va être compliqué de sortir mais on est armés pour faire quelque chose. On a en tout cas envie d’en découdre », poursuit Jérémy Morel.. Le public du Roazhon Park n’attend que ça.