PSG-Real Madrid : « On s’est fait manger », Zidane va-t-il tenir bien longtemps à son poste ?

FOOTBALL L’entraîneur tricolore, vainqueur de trois C1 consécutives, ne semble pas trouver les solutions depuis son retour sur le banc madrilène

Julien Laloye

— 

Zidane et le Real ont subi une lourde défaite au Parc des Princes, le 17 septembre 2019.
Zidane et le Real ont subi une lourde défaite au Parc des Princes, le 17 septembre 2019. — Lucas BARIOULET / AFP
  • Zinédine Zidane a déploré le manque d'intensité de son équipe après la défaite 3-0 
  • L'entraîneur français n'a pas trouvé la bonne formule malgré 300 millions dépensés pendant le mercato
  • L'effectif madrilène parait trop mal construit pour permettre une bonne saison, notamment au milieu de terrain

Au Parc des Princes,

Keylor Navas est un garçon beaucoup trop bien élevé pour ce métier. Pressé comme un citron vert dans la caïpirinha par nos confrères espagnols pour lâcher une vacherie sur son ancien club après la déroute madrilène, le nouveau gardien parisien a pris le ton d’un porte-parole de gouvernement : « Aujourd’hui, je suis au PSG, ce qui m’intéresse, c’est la performance de mes équipiers, pas de commenter ce que le Real a mal fait ce soir ». Il faut dire que ça lui prendrait des heures au Costaricain, qui a quand même dû remercier Dieu un paquet de fois de l’avoir fait changer de camp avant le drame.

Des failles inquiétantes au milieu

Plusieurs statistiques ont de quoi faire éructer de rage les fans du Real. Deux qui nous ont marqués.

>> Le plus grand club de l’histoire de la C1 n’avait plus perdu son premier match de poule depuis 2006 et un déplacement à Gerland, une sombre époque faite de Jonathan Woodgate, de Thomas Gravesen, et de Julio Baptista, si notre mémoire est bonne.

>> Le Real n’a pas cadré un seul tir au Parc, ce qui ne lui était pas arrivé dans la compétition depuis 2004 au moins, puisque les chiffres n’étaient pas compilés auparavant. On a aussi vu passer le chiffre de 578 matchs de suite avec un tir cadré jusqu’à ce soir, mais cela nous ferait remonter jusqu’à Franco, et c’est un peu injuste. Avec un arbitre un peu plus respectueux de l’institution madrilène, comme il y a deux ans à Bernabeu, ça aurait pu faire 2-2 et on n’en ferait pas tout un fromage dans les rédactions ibériques.

A 3-0, ça fume de partout, y compris sous le crâne chauve de Zizou, d’une lucidité implacable au moment du débriefing

« On a été mangés dans les duels au milieu du terrain. On a beaucoup péché là-dedans. Ce qui m’a inquiété, c’est de voir mon équipe ne pas mettre l’intensité nécessaire à ce stade de la compétition. On a n’a pas su rentrer dans le match. Je n’ai pas aimé voir, avec les joueurs qu’on avait sur le terrain, le fait de ne pas s’être créé d’occasions. C’est un sentiment bizarre. Au final l’intensité, c’est le plus important. Si on met le pied, et qu’on gagne le duel, on est dans le match. Cela n’a pas été le cas »

Le manque d’intensité ? Etonnant quand on aligne un milieu de terrain pareil. Kroos ne court plus que pour aller à la douche, James donne de sa personne mais c’est comme demander à Mozart de jouer de la Cornemuse, et Casemiro regarde tout ça de loin avec le regard blasé de celui qui sait qu’il va devoir courir pour trois, alors à quoi bon. A ce niveau de manque d’engagement, tout récupérateur est bon, et même ce diable de Cédric Villani aurait fait l’affaire pour mercredi.

L’ombre de Mourinho

En fait, c’est à se demander si Zizou sera encore là au retour. S’il ne peut être exonéré de certaines responsabilités (pourquoi avoir poussé dehors Ceballos et Marco Llorente ?), l’entraîneur tricolore a attendu Pogba tout l’été, quitte à avaler des boas constricteurs (le départ de Navas, James et Bale qui restent au club), et il se retrouve avec un effectif totalement déséquilibré, pourvu d’un seul milieu défensif de formation (Casemiro). Tout ça peut sentir le roussi dès la semaine prochaine après deux gros matchs contre Séville et l’Atletico, alors que Mourinho attend tapi dans l’ombre comme Gargamel.

Le Special One a gagné une pauvre Liga en trois ans en s’embrouillant avec la moitié de planète et en faisant détester le Real partout, mais tous ne semblent pas lui en tenir rigueur. Un supporter a même été en partie ovationné récemment lors de l’assemblée des socios lorsqu’il a demandé à Florentino Pérez « ce qu’il attendait pour rappeler le meilleur entraîneur qu’ait jamais eu le Real Madrid, à savoir José Mourinho ». Sois fort, Zizou.