« Mentalement, on a aidé les valides »… Des sportifs atteints de sclérose en plaques relèvent un immense défi en kayak

PORTRAIT Armand Thoinet, un Isérois de 26 ans souffrant depuis 2012 de la sclérose en plaques, vient de parcourir 220 km en kayak au Svalbard (archipel de Norvège) avec le projet Hustive

Jérémy Laugier

— 

L'aventure Hustive a duré 17 jours au niveau de l'archipel du Svalbard (Norvège) en août.
L'aventure Hustive a duré 17 jours au niveau de l'archipel du Svalbard (Norvège) en août. — Romain Didio
  • Initié il y a 18 mois, le projet rhônalpin Hustive a abouti le mois dernier sur une sacrée aventure de 220 km en kayak au Svalbard, un archipel de Norvège.
  • Quatre personnes atteintes de sclérose en plaques ont pris part à ce colossal défi sportif, qui se déroulait aux alentours du 80e parallèle.
  • Armand Thoinet, Isérois de 26 ans, raconte à 20 Minutes à quel point ce voyage a changé sa vie.

Armand Thoinet est rentré en France le mois dernier avec « des souvenirs pour la vie ». Durant 17 jours en autonomie, cet Isérois de 26 ans a parcouru 220 km en kayak au Svalbard, un archipel de la Norvège, à environ 1.000 km du Pôle Nord. La performance sportive est d’autant plus remarquable qu’il s’était fait diagnostiquer une sclérose en plaques en 2012. Le 28 juillet, il s’est rendu près de l’île du Spitzberg avec trois autres malades atteints de  sclérose en plaques et sept valides, dont deux guides, un médecin et un cameraman venu réaliser un documentaire de 52 minutes prévu pour la fin d’année.

« C’était fabuleux, il n’y a pas de mot pour décrire ce que j’ai vécu », confie Armand Thoinet, qui s’est remis in extremis en juillet d’un virus-post traitement très compliqué, juste avant le départ. « Après un an et demi de préparation et d’investissement total dans ce gros projet, ça aurait été trop dur de devoir abandonner », soupire-t-il. Toute la bande rhônalpine, qui a lancé cette aventure Hustive (« comme humaine et sportive ») avec 90.000 euros de budget total (dont 10.000 euros en faveur d’associations), récoltés auprès de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la commune de Saint-Quentin-Fallavier et de différents groupes et donateurs privés, a à son tour craint plus tard de ne pas aller au bout de son rêve.

La bande du projet Hustive au complet, en août dans l'archipel du Svalbard.
La bande du projet Hustive au complet, en août dans l'archipel du Svalbard. - Romain Didio

Du champagne partagé au niveau du 80e parallèle

« Notre objectif symbolique était d’atteindre le 80e parallèle et nous avons été bloqués dans nos tentes pendant trois jours à cause d’une tempête, précise Armand. Seule la météo pouvait contrecarrer nos plans et c’était vraiment frustrant. » Les 11 sportifs ont pu bénéficier d’une éclaircie pour atteindre cet aboutissement. « A ce moment-là, on était les kayakistes les plus au nord du monde et les seuls Français à réussir cela en 2019, sourit-il. Notre guide a d’un coup sorti une bouteille de champagne. On était le 15 août, il neigeait et on s’est retrouvé à trinquer du champagne dans notre kayak. Tout le monde a laissé exploser sa joie. »

Une joie qui arrivait après quelques grosses montées d’adrénaline, comme lorsqu’un ours est apparu en pleine nuit tout près du campement du groupe. « Nous avions mis en place des tours de garde pour gérer au mieux ce risque-là, précise Armand Thoinet. Nos deux guides avaient une arme mais ils n’ont pas eu à s’en servir. Nous sommes restés en groupe et nous avons attendu une heure que l’animal nous contourne. Heureusement, il était assez dodu et il ne semblait pas avoir faim. Avec le recul, je me dis que ça aurait été dommage de ne pas voir d’ours là-bas ! »

Les 11 amis ont partagé une sacrée aventure au plus proche de multiples glaciers.
Les 11 amis ont partagé une sacrée aventure au plus proche de multiples glaciers. - Pierre Descotes

« Jamais les valides n’auraient fait ce voyage sans nous, et inversement »

Les Rhônalpins ont aussi côtoyé phoques, morses, rennes, bélugas, et « même une petite baleine qui nous a fait sursauter de nos kayaks en sortant de l’eau à cinq mètres de nous ». Armand Thoinet livre son bilan.

Nous étions prêts à souffrir et le mental nous a permis d’atteindre notre rêve. Le but de l’aventure était de montrer qu’ensemble, on peut aller au bout du monde. Ce sont nous, les malades, qui sommes à l’origine du défi et nous avons amené les valides. Jamais ils n’auraient fait ce voyage sans nous, et inversement. On s’est rendu compte que mentalement, on a aidé les valides durant la tempête. On a déjà vécu tellement d’épreuves qu’on était peut-être plus déterminés qu’eux à ce moment-là. »

Six membres d’Hustive se sont retrouvés pour la course Lyon Kayak dimanche, avec à la clé des places dans le Top 10 général sur 14 et 21 km. Une étape de plus pour l’Isérois, premier malade de sclérose en plaques en France à se fixer des défis sportifs en autonomie (kayak, marche et vélo) depuis 2015. 

« Il y a encore un an et demi, je n’aurais jamais imaginé un instant vivre un truc pareil, se réjouit Armand, qui réside désormais à Villeurbanne (Rhône). Les médecins étaient assez frileux au départ et ils constatent des progrès incroyables au niveau de ma santé depuis que je me suis remis au sport. »

20 secondes de contexte 

Armand Thoinet donnera une conférence ouverte à tous le jeudi 3 octobre (18h30) à la mairie de Lyon 6e. Pour suivre ses aventures, rendez-vous sur les réseaux sociaux, avec notamment Facebook et YouTube, ainsi que le site des défis d’Armand et le . Contact : lesdefisdarmand@gmail.com