Monaco-OM : L’ASM est sans défense mais les joueurs sont « plutôt confiants »

FOOTBALL En cinq journées, Monaco n'a pas gagné un seul match, cette saison, en Ligue 1. Et l'ASM a déjà encaissé 14 buts... 

Jean Saint-Marc

— 

Maripan et les Monégasques ont encore pris un coup sur la tête ce dimanche.
Maripan et les Monégasques ont encore pris un coup sur la tête ce dimanche. — Y. Coatsaliou / AFP
  • Malgré un effectif alléchant sur le papier, l’AS Monaco ne parvient pas à quitter la zone de relégation.
  • Les problèmes sont surtout défensifs pour l’ASM.

De notre envoyé spécial à Monaco,

Incroyable : on a vu Kamil Glik taper un sprint. On aurait presque dégainé l’article « urgent » avec le titre en rouge, les pushs dans vos smartphones et tout le tremblement. Mais ce n’était qu’en zone mixte, et c’était pour fuir les questions des journalistes, pas pour rattraper un attaquant adverse. Kamil Glik n’a pas souhaité analyser sa calamiteuse performance du soir et on peut le comprendre : le défenseur et capitaine de Monaco a encore coulé, dans un spectaculaire ASM-OM perdu 3-4.

Au total, Monaco a déjà encaissé 14 buts en cinq matchs cette saison, ce qui en fait la pire défense d’Europe. Si l’ASM tient ce rythme calamiteux, l’addition sera lourde en fin de saison : 106 buts, sans doute un record. Mais Tiémoué Bakayoko veut rassurer les fans :

On est encore dans l’apprentissage, il y a plein de nouveaux joueurs, il faut encore nous donner deux ou trois matchs pour être à notre top niveau. Ça peut paraître inquiétant, mais nous dans l’équipe on est plutôt confiants, on sait qu’on va faire mieux. »

Cela semble difficile de faire pire, en effet. Ce dimanche, Monaco a mené 2-0 (après un penalty généreux et une jolie action collective), avant de tout dilapider en trois minutes :

  • D’abord en oubliant complètement Benedetto au deuxième poteau, sur un centre de Sanson qui a filé devant Germain et derrière la défense ;
  • Ensuite en défendant à la va-comme-je-te-pousse sur un cafouillage XXL : claquette de Lecomte, tête foirée de Benedetto sur la transversale… et loupé de Lecomte qui arrête la tête de Germain, mais loin derrière sa ligne.

La deuxième mi-temps a été similaire, avec des défenseurs monégasques apathiques alors que Payet s’apprêtait à frapper, avec une gestuelle pourtant évidente. Le dernier but a tout résumé des errements défensifs monégasques : Aguilar a laissé tout le champ à Amavi pour centrer et Maripan et Glik n’ont absolument pas gêné Benedetto, qui a pu ajuster son tir sereinement. Lecomte, en partie responsable sur les deux premières réalisations marseillaises du soir, n’a rien pu faire sur les deux dernières.

Leonardo Jardim testait ce dimanche sa cinquième défense en cinq matchs. Avec des latéraux (Ballo-Touré et Aguilar) qui laissent les adversaires partir dans leur dos et une charnière (Maripan et Glik) trop lourde et trop peu mobile, il n’a clairement pas encore trouvé la formule : « On doit régler la question défensive, car on a fait beaucoup d’erreurs, pestait-il en conférence de presse. On doit être meilleurs, il faut plus de duels, plus d’impact. C’est une question d’organisation, pas de joueurs. » Il en a 30 dans son groupe professionnel, dont neuf défenseurs. De quoi être « confiant » ?