France-Andorre: Les Bleus ont fait le boulot (sans trop forcer non plus, c’est la rentrée)

FOOTBALL L'équipe de France s'est imposée sans frayeur contre une faible équipe andorrane pour son centième match au Stade de France

Julien Laloye

— 

Kingsley Coman a réussi sa semaine internationale.
Kingsley Coman a réussi sa semaine internationale. — Lionel BONAVENTURE / AFP
  • L'équipe de France s'est facilement imposée contre Andorre (3-0), mardi, en match de qualification à l'Euro 2020.
  • Coman, encore lui, Lenglet et Ben Yedder ont été les buteurs du soir. 
  • En tête de leur groupe à égalité avec les Turcs, les Bleus joueront leur qualification le mois prochain avec des matchs face à l'Islande et, justement, la Turquie.

Une affaire qui marche. Trois jours après avoir désossé l’Albanie à Saint-Denis, l’équipe de France a mis plus de rigueur que de génie pour liquider les Andorrans, mais cela a largement suffi pour nous faire passer une agréable soirée. Bien calés en tête de peloton, les Bleus auront l’occasion de presque valider leur qualification pour l’Euro le mois prochain.

>> A lire aussi: France-Andorre : « Deschamps veut mettre tous les atouts de son côté », pourquoi les Bleus ne quittent plus le Stade de France

C’est parti Coman 14

Que la vérité implacable soit écrite ici. Les chevauchées aussi généreuses que foutraques de Coman nous ont longtemps laissé indifférent. C’était injuste au regard de la dimension nouvelle du Bavarois, devenu un autre joueur depuis qu’il n’a pas plus à se coltiner la concurrence des brontosaures Robben et Ribéry au Bayern. En sortant le public du Saint-Denis du roupillon qui le guettait au quart d’heure de jeu (112 % de possession, zéro tirs, et une envie modérée de se faire mal), le titi parisien a confirmé son efficacité du moment après l’Albanie. Et il a gagné le droit de nous faire penser qu’il a plus d’avenir dans cette équipe que Dembélé dans le rôle du détonateur des fins de match.

Griezmann, penalty, on est PAS ensemmmmmmmble

Encore un peu et Vegedream va se retrouver à devoir réécrire les paroles de son tube. Antoine Griezmann ne met plus un péno devant l’autre. Deuxième raté en deux matchs, et une plaisanterie partagée par les suiveurs. Mieux ils sont tirés, moins ils rentrent. Le Barcelonais avait envoyé des saucisses immondes tout le long de la campagne de Russie, en gros un plat du pied plein centre à ras de terre, et tous les gardiens s’étaient fait avoir. Conseil de la maison Antoine ? Arrête de te cailler le lait et reviens aux bonnes vieilles méthodes de l’époque KGB. Notons tout de même que le leader des Bleus ne s’est pas découragé et a fini par offrir une galette à Lenglet pour apaiser un peu sa frustration.

Gomes meilleur sans Tavarez

Puisqu’il faut bien dire un mot de ces braves Andorrans, qui ont vaillamment résisté trois jours après avoir enquiquiné les Turcs jusqu’au bout du bout, rendons hommage au gardien Gomes. Le type a sorti deux/trois parades monstrueuses, forçant la barre transversale à choisir son camp plutôt que celui de Sissoko ou Coman. Son activité a empêché les Bleus de se faire plaisir au niveau de la différence de but, mais c’est une déception qui passera. Dans le même temps, l’Islande a égaré deux points en chemin, ce qui signifie que les Bleus se déplaceront à Reykjavik en octobre pour régler leur compte à un premier rival pour la qualif. Ensuite, il sera temps de penser à la revanche contre la Turquie.