Tour de France: Fulgsang reproche à Pinot et Alaphilippe d'avoir pris l'aspiration d'une moto pour s'échapper

CYCLISME On voit pourtant clairement dans la video que c'est faux

B.V.

— 

Pinot et Alaphilippe ensemble sur le Tour
Pinot et Alaphilippe ensemble sur le Tour — SIPA

Un peu de seum sur le Tour de France. Le Danois Jakob Fuglsang a reproché aux Français Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot d'avoir profité de l'aspiration d'une moto pour créer un écart lors de la 8e étape du Tour de France, a-t-il expliqué à la télévision danoise samedi.

«Je n'arrive pas à suivre parce que les deux Français ont suivi la moto au sommet» de la côte de la Jaillère, là où Pinot et Alaphilippe ont attaqué, a lancé le coureur d'Astana, interrogé par la chaîne danoise TV Sport 2 qui rapporte ces propos sur son site internet. «Même si on menait le groupe de derrière, on ne pouvait pas les rattraper. On pouvait voir qu'ils ont giclé derrière la moto (...) J'aurais dû me placer plus près d'eux (mais) ils ont pris quelques secondes» a-t-il poursuivi.

Pourtant, quand on regarde la video filmée par la caméra sur cette fameuse moto, on voit bien que les deux Français sont très en contrebas de ladite moto et bien loin de pouvoir profiter de son aspiration quand ils produisent leur attaque et distancent Fuglsang. 

« A cette vitesse là en côte, à moins d’être dans le pot d’échappement de la moto, ce qui n’est pas le cas, y a pas d’effet d’aspiration », explique d'ailleurs en commentaires sous la vidéo le champion du monde sur piste François Pervis.

Alaphilippe, arrivé 20 secondes devant Fuglsang aux côtés de Pinot sur la ligne, a réagi avec ironie à cette critique: « Oui, on a posé nos vélos dessus et on attaqué en moto, c'était plus facile», a-t-il plaisanté, avant de nier avoir profité de toute aspiration. «On n'a pas roulé derrière la moto, on était juste à fond derrière Thomas De Gendt ».

Au classement après la 8e étape, Alaphilippe, maillot jaune, compte 1 min 42 sec d'avance sur Fuglsang, 9e. Pinot est 46 secondes devant le Danois, à la 3e place.