Aurélie Muller au 10 km en eau libre aux Championnats du monde de natation, à Yeosu (Corée du Sud), le 14 juillet 2019.
Aurélie Muller au 10 km en eau libre aux Championnats du monde de natation, à Yeosu (Corée du Sud), le 14 juillet 2019. — Mark Schiefelbein/AP/SIPA

NATATION

Natation: Aurélie Muller rate de peu la qualification pour les JO 2020, l'équipe de France dépose une réclamation

La Française, disqualifiée et privée ainsi de médaille d'argent à Rio en 2016, a échoué d'un dixième de seconde, mais l'équipe de France annonce avoir déposé une réclamation concernant un «geste anti-sportif» de l'Italienne Rachele Bruni

La Française Aurélie Muller a manqué de peu sa qualification pour les JO 2020 en ne parvenant pas, de justesse, à se classer parmi les dix premières du 10 km en eau libre aux Championnats du monde de natation, à Yeosu (Corée du Sud) dimanche matin, mais l’équipe de France a annoncé avoir porté réclamation.

Aux JO 2016 à Rio, Aurélie Muller (29 ans) avait été disqualifiée et privée ainsi de médaille d’argent pour avoir gêné une autre concurrente, et espérait depuis prendre sa revanche à Tokyo. Mais la double championne du monde en titre du 10 km ne s’est classée que onzième, pour un dixième, dans les eaux sud-coréennes, quand un top 10 était impératif pour décrocher un sésame olympique. L’autre Française en lice, Lara Grangeon, a elle obtenu son billet pour les JO 2020 en terminant quatrième.

Un « geste anti-sportif » reproché à l’Italienne Rachele Bruni

L’encadrement de l’équipe de France a toutefois expliqué avoir déposé une réclamation concernant l’Italienne Rachele Bruni, finalement troisième et à laquelle il est reproché un « geste anti-sportif », à savoir s’être « appuyée sur les jambes » de Muller « à 150 m de l’arrivée ».

Après quasiment deux heures de course et un sprint final nagé dans une grande confusion, le classement du top 10 – et donc des qualifiées olympiques – n’a été officialisé qu’au bout d’une vingtaine de minutes d’attente.

A Rio il y a trois ans, c’est précisément un geste à l’encontre de Bruni, avec laquelle elle était au coude-à-coude dans les tous derniers mètres. Il avait coûté à l’élève de Philippe Lucas la médaille d’argent et lui avait valu une disqualification. En Corée dimanche matin, c’est la Chinoise Xin Xin qui s’est imposée, en 1h54 min 47 sec 2/10e, devant l’Américaine Haley Anderson (1h54 : 48.1) et Bruni (1h54 : 49.9).