JO-2020: La fédé internationale sera bien privée de l'organisation de la boxe à Tokyo

BOXE Une décision qui n'est pas vraiment une surprise

G.B. avec AFP

— 

Un combat de boxe aux JO 2016 de Rio (photo d'illustration).
Un combat de boxe aux JO 2016 de Rio (photo d'illustration). — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le Comité international olympique a entériné mercredi la suspension de la Fédération internationale de boxe (AIBA) qui se voit donc privée de l’organisation du tournoi de boxe aux Jeux olympiques de Tokyo-2020 en raison de graves problèmes de gouvernance.

Réunis pour la 134e session à Lausanne, les membres du CIO ont suivi à l’unanimité une recommandation en ce sens de la commission exécutive prise le 22 mai. Le gouvernement olympique avait recommandé de suspendre l’AIBA tout en maintenant la boxe aux JO de Tokyo. L’AIBA est ainsi devenue la première fédération internationale a être privée de l’organisation de son propre sport aux JO.

« Deux chances de se qualifier pour Tokyo »

Le CIO a également détaillé mercredi l’organisation des tournois régionaux de qualification qui se dérouleront entre janvier et fin mars 2020 en Chine (zone Asie et Pacifique), à Londres pour l’Europe, Dakar pour l’Afrique et à Buenos Aires pour les Amériques.

Un ultime tournoi de qualification mondiale se tiendra à Tokyo en mai 2020. Les boxeurs auront donc « deux chances de se qualifier pour Tokyo, dans leur tournoi régional respectif et durant le tournoi mondial », a expliqué le CIO. L’organisation des qualifications et du tournoi olympique a été confiée à un groupe de travail présidé par le Japonais Morinari Watanabe, membre du CIO et président de la Fédération internationale de gymnastique.

Désigner les juges-arbitres

Ce groupe de travail a aussi la mission cruciale de désigner les juges-arbitres, souvent l’objet de suspicions de corruption dans la boxe olympique, notamment aux JO de Rio-2016. « La procédure de désignation des juges-arbitres sera finalisée prochainement », a expliqué Kit McConnell, directeur des sports au CIO. Le groupe de travail « a accès à la liste de l’AIBA et aux données personnelles de juges-arbitres », a-t-il ajouté. A l’issue des JO-2016, l’intégralité des 36 juges et arbitres qui avaient officié avaient été écartés dans l’attente des résultats d’une enquête.

L’AIBA connaît régulièrement des situations de crise. Le Pakistanais Anwar Chowdhry, président de 1986 à 2006, avait été suspendu à vie en 2007 pour malversations financières. Sous sa présidence, plusieurs décisions des juges durant les JO ont été entachées de soupçons de corruption, comme la victoire du Sud-Coréen Park Si-hun face à l’Américain Roy Jones Jr aux JO de Séoul-1988. Malgré les révélations sur la corruption des juges, l’Américain n’a jamais récupéré la médaille d’or.