Affaire Neymar: Rothen et Riolo suspendus d'antenne par RMC Sport

MEDIAS Ils avaient comparé la jeune femme accusant Neymar de viol à « de la deuxième division »

20 Minutes avec AFP

— 

Daniel Riolo sur RMC Sport.
Daniel Riolo sur RMC Sport. — Twitter/@AfterRMC

Le journaliste Daniel Riolo et l’ancien joueur Jérôme Rothen, qui avaient tenu des propos sexistes à l’encontre de la femme accusant Neymar de viol, ont été suspendus d’antenne par le directeur de RMC Sport, a indiqué lundi ce dernier, Laurent Eichinger, à l’AFP.

« On est évidemment opposés à de tels propos. On leur a demandé de s’excuser, ce qu’ils ont fait. On a entendu l’intervention de (la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes) Marlène Schiappa (auprès du CSA). Ils sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Je les verrai dans la semaine », a-t-il déclaré confirmant une information du Parisien.

Jeudi soir, le journaliste Daniel Riolo et l’ancien joueur Jérôme Rothen avaient comparé la jeune femme accusant Neymar de viol à « de la deuxième division », en s’interrogeant : « La nana, tu l’as vue la nana ? », « je m’attendais à ce que ce soit un avion de chasse intersidéral, j’étais vachement déçu », avait notamment affirmé Daniel Riolo.

« Dommageable pour la crédibilité et l’image de RMC »

Les deux chroniqueurs se sont excusés dans la soirée de dimanche sur Twitter. « Ce n’est pas acceptable, et je regrette de ne pas en avoir pris conscience sur le moment », a affirmé Jérôme Rothen. « Je m’excuse pour le passage sur l’affaire Neymar. Évidemment on n’imaginait pas choquer (…) C’était juste mauvais », a tweeté Daniel Riolo.

La société des journalistes de RMC a indiqué dans un communiqué à l’AFP qu’elle « condamne fermement ces propos sexistes et injurieux » qu’elle trouve « dommageables pour la crédibilité et l’image de RMC ».

 

Marlène Schiappa avait annoncé dimanche qu’elle saisissait le CSA après ces propos sexistes. « Au-delà de leur bêtise crasse, de leur méchanceté notoire et de leur méconnaissance de la culture du viol, ils offensent les femmes (et par ailleurs nuisent à l’image du foot) », a-t-elle ajouté dans un tweet. « Je pense à toutes les femmes qui hésitent à dénoncer/porter plainte après avoir été violées ou agressées sexuellement et qui craignent ce type de remarques », a affirmé la ministre.