Roland Garros: «L'une des plus belles ovations de ma carrière»... Benoît Paire nage dans le bonheur

TENNIS Auteur d’un match sérieux, Benoît Paire a disposé du Roumain Marius Copil au premier tour de Roland-Garros. Deux jours après son succès à Lyon, le Français en forme du moment retient surtout l’accueil du public

Nicolas Stival

— 

Benoît Paire, vainqueur du Roumain Marius Copil, le 27 mai 2019 à Roland-Garros.
Benoît Paire, vainqueur du Roumain Marius Copil, le 27 mai 2019 à Roland-Garros. — Ph. Lopez / AFP

Deux, trois vannes en arrivant en conférence de presse et un sourire permanent. Benoît Paire est heureux et ça se voit. Deux jours après avoir gagné le tournoi de Lyon, l’Avignonnais, 38e mondial, a passé le premier tour de Roland-Garros, ce lundi. Sans briller outre mesure, mais sans se faire trop peur non plus, malgré la perte du deuxième set face au 83e à l’ATP, le Roumain Marius Copil (6-4, 6-7 [5], 6-0, 6-1).

« Je suis arrivé samedi soir à 22h30 par train, déroule le Français en forme du moment. Il y avait un peu de fatigue, de nervosité et je savais qu’il fallait faire attention. » Au-delà du résultat, Paire retient surtout l’accueil du public du court 14. « C’est l’une des plus belles ovations de ma carrière ! En entrant, il y a eu la Marseillaise, une ola. C’était très fort. »

Un match entre potes

Et les émotions ne sont pas terminées puisque l’homme au haut de survêt' orange fluo s’apprête à rencontrer « un pote », Pierre-Hugues Herbert, le héros du jour. « On a passé quelques jours de vacances ensemble, c’est vraiment un bon mec. Mais on sait que les duels 100 % français ne sont jamais simples à Roland-Garros. »

Copain ou pas, Paire rappelle quand même qu’il reste sur un succès sur terre face à PHH, en huitièmes de finale à Marrakech (6-4, 6-2 le 11 avril). Tout en se montrant philosophe. « Bien sûr que j’aimerais faire une deuxième semaine ici, c’est mon objectif. Mais si je perds, je ne serai pas trop déçu. Ma tournée sur terre sera quand même réussie. »