TFC-Rennes: Malgré la Coupe de France, les Bretons ne sont pas en vacances et ils le prouvent

FOOTBALL Volontaires à défaut d'être géniaux, et malgré l'absence d'enjeu, les Rennais ont ramené un match nul de Toulouse ce dimanche (2-2)

Nicolas Stival

— 

Mbaye Niang, auteur du premier but de Rennes à Toulouse, le 5 mai 2019.
Mbaye Niang, auteur du premier but de Rennes à Toulouse, le 5 mai 2019. — P. Pavani / AFP

Malgré le froid inhabituel pour la saison à Toulouse, on aurait pu s’attendre à voir le Stade Rennais débarquer en tongs au Stadium ce dimanche. Après son exploit en Coupe de France face au PSG, huit jours plus tôt, l’équipe de Julien Stéphan est déjà qualifiée pour la Ligue Europa, et n’a plus rien à craindre ni à espérer en Ligue 1.

Pourtant, même si elle a été parfois bousculée par un TFC pas encore sauvé, la formation bretonne a accroché un troisième 2-2 d'affilée après la fameuse finale et le nul contre Monaco, mercredi. « Cela prouve qu’on s’accroche, qu’on souhaite rester le plus pro possible, se félicite le technicien. J’ai un groupe qui aime la compétition et a envie de faire les meilleurs résultats possible. »

Avec sept joueurs déjà titulaires au Stade de France, mais sans André, Ben Arfa (blessés) ni Mexer (malade), les Rennais ont ouvert le score par Niang (35e). Rattrapés, puis menés, ils ont toutefois réussi à revenir sur un penalty généreux (voire imaginaire) transformé par Sarr (58e). Titulaire au milieu, le très jeune Camavinga (16 ans)​ a encore séduit, alors que le défenseur Sacha Boey (18 ans) a fait ses premiers pas en L1.

L’objectif ? Battre Guingamp dimanche

Calés à la 13e place du championnat à trois journées de la fin, que peuvent encore espérer les coéquipiers de Da Silva ? « L’objectif, c’est de renouer avec la victoire, répond Stéphan. On ne perd pas énormément, mais on fait beaucoup de nuls. Le derby contre Guingamp dimanche, ce serait le bon moment. » Et cela finirait de couler la lanterne rouge, déjà quasiment condamnée au plongeon en Ligue 2.