Il ne manquait plus qu'elle: Margaret Court estime que Folau est «persécuté»

HOMOPHOBIE L'ancienne championne australienne est elle aussi une habituée des sorties de route

20 Minutes avec AFP

— 

Margaret Court a tenu des propos homophobes en marge de Roland-Garros.
Margaret Court a tenu des propos homophobes en marge de Roland-Garros. — @BBC

Ça a mis le temps, mais on n'est pas déçu du résultat. Maragaret Court, l'ex-championne australienne qui estimait que le tennis féminin était «rempli de lesbiennes», est montée au créneau pour soutenir son compatriote Israel Folau, estimant que la superstar du rugby était «persécuté» pour avoir cité la Bible dans un post anti-gay sur les réseaux sociaux.

Le joueur de 30 ans, fervent chrétien évangéliste, avait suscité un tollé la semaine dernière après la publication d'un message sur son compte Instagram: «Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l'Enfer vous attend. Repentez-vous! Seul Jésus peut vous sauver.»

Un deuxième soutien de renom

«Ce qu'il (Folau) dit sur le repentir vient directement de la Bible. Mon coeur est avec lui parce qu'il est en train d'être persécuté», a confié Court, devenue à 76 ans pasteure, au quotidien The Australian. La lauréate de 24 trophées en Grand Chelem a déjà tenu des propos très controversés par le passé, réclamant le boycott de la compagnie aérienne Quantas pour son soutien au mariage du même sexe ou assurant que le monde du tennis était «plein de lesbiennes».

«Je comprends pourquoi Israel agit ainsi: vous souhaitez que tout le monde connaisse le grand amour que le Christ porte sur votre nation et que les gens sachent ce que vous avez reçu», a déclaré Court. «Cela inclut les drogués, les homosexuels, les alcooliques: tous viennent dans mon église et je les aime tous, et je suis sûre qu'Israel les aime aussi, a-t-elle ajouté, estimant qu'elle «était sur l'autoroute de l'Enfer» lorsqu'elle était N.1 mondiale de tennis, avant «d'atteindre le Christ».

Court est le deuxième soutien de renom à Folau après l'international anglais de rugby Billy Vunipola, dont la mère est pasteure méthodiste. Les commentaires de Court ont déjà provoqué des appels à retirer son nom d'un court du Melbourne Park qui accueille chaque année l'Open d'Australie.