Nantes: «Des ballons d'or» quai de la Fosse pour le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro le 2 juin

VOILE Un plateau d’exception est attendu pour la 50e édition de la Solitaire Urgo Le Figaro

David Phelippeau

— 

Gautier, Beyou, Eliès, Desjoyeaux et Le Cléac'h (de gauche à droite).
Gautier, Beyou, Eliès, Desjoyeaux et Le Cléac'h (de gauche à droite). — D.P. / 20 minutes
  • Le 2 juin, une quarantaine de skippers prendront le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro de Nantes.
  • Pour la 50e édition, le plateau sera exceptionnel avec des grands noms de la voile française (Peyron, Desjoyeaux, etc.).

Pour sa 50e, la Solitaire Urgo Le Figaro se met sur son 31. La mythique course de voile, au départ de Nantes (départ fictif du quai de la Fosse à partir de 8 h 30 puis départ officiel sous le pont de Saint-Nazaire à 16 h 10) le 2 juin, propose un casting de skippers exceptionnel. « On avait rêvé d’un tel plateau, on va l’accueillir, se réjouit Mathieu Sarrot, le directeur de l’événement. C’est un peu comme si on mettait tous les Ballons d’or sur un même terrain. » Le gratin de la voile (accompagné d’amateurs) va s’affronter sur 2.000 milles répartis sur quatre étapes et va passer par l’île de Man, au départ de Nantes, via Kinsale, la baie de Morlaix et Dieppe.

« Il y a une forte envie de participer à un moment de voile exceptionnel qui va mélanger amateurs, professionnels, femmes, hommes, vieux, jeunes, lance Yann Eliès, triple vainqueur de l’épreuve (2012, 2013 et 2015). C’est un melting-pot qu’on ne peut voir que dans la voile. »

Quasiment tous les skippers réunis devant la Loire.
Quasiment tous les skippers réunis devant la Loire. - D.P. / 20 minutes

Il y aura des vainqueurs d’étape de la Solitaire (Loïck Peyron, Alain Gautier, Michel Desjoyeaux, Yann Éliès, Armel Le Cléac’h, Jérémie Beyou, Charles Caudrelier, Gildas Morvan, Corentin Douguet, Adrien Hardy etc.). Des lauréats de précédentes éditions : Michel Desjoyeaux (1992, 1998, 2007), Jérémie Beyou (2005, 2011, 2014) et Yann Éliès (2012, 2013, 2015), Alain Gautier (1989), Armel Le Cléac’h (2003 et 2010) et Charles Caudrelier (2004). Mais aussi des skippers beaucoup moins connus et novices : Cassandre Blandin, Clarisse Crémer, Cécile Laguette, Justine Mettraux, Joan Mulloy… En tout, une quarantaine de bateaux seront au départ de la cité des ducs le dimanche 2 juin.

Tous sur le Figaro Bénéteau 3

« C’est une chance pour nous tous de pouvoir se mesurer, estime le Nantais Loïck Peyron. C’est assez étonnant ce sport dans lequel des talents et des marins, qui ont fait des résultats sur des engins très puissants, s’affrontent avec un plaisir immense sur des plus petites cylindrées. Ça n’existe dans aucun autre sport. Tu ne verras pas un champion de F1 redescendre sur un karting à pédales… »

Pour la 50e, tous les skippers navigueront sur un nouveau monotype, le Figaro Bénéteau 3. « Un bateau petit, avec moins de confort, plus exposé à la mer, commente Yann Eliès. On le découvre, il fait un peu peur. On a souvent horreur de ce saut dans le vide. » Le « professeur » (comme on le surnomme) Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée Globe (2000-2001 et 2008-2009), craint davantage l’ensemble de la concurrence sur cette course. « Il va falloir que je me botte le derrière car il y a des petits jeunes qui montent… »