«Je n'ai aucun problème avec Zidane», se défend James Rodriguez, à six mois de la fin de son prêt

FOOTBALL Tout, il faudrait tout oublier. Pour y croire, il faudrait tout oublier

G.B.

— 

James Rodriguez, quand il est content de pouvoir jouer.
James Rodriguez, quand il est content de pouvoir jouer. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Depuis une semaine, et l’annonce du retour de Zinédine Zidane à la tête de la Maison Blanche, les fans de foot se mettent à rêver d’un 11 de folie emmené par le triple vainqueur de la Ligue des champions sur le banc.

Forcément toutes ces potentielles arrivées risquent de réduire le temps de jeu de certains joueurs, voire les pousser vers le départ. James Rodriguez sera évidemment scruté avec beaucoup d’attention. Prêté au Bayern Munich depuis 2017, le héros de la Coupe du monde 2014, recruté à prix d’or par le Real, ne faisait plus partie des plans de Zinédine Zidane, bien avant le départ du Français, en juin dernier. Comme on l’expliquait, la semaine dernière, « Zidane n’appréciait pas vraiment son côté dilettante aux entraînements ».

« Je n’ai jamais eu aucun problème avec Zidane »

Un sentiment qui n’est apparemment pas tout à fait réciproque. Interrogé par Bocas il y a quelques semaines, le Colombien a essayé de mettre fin à toutes les polémiques en deux petites phrases, après avoir lancé des fleurs à Flacioni, Ancelotti et Pékerman, « les trois coaches qui ont marqué [sa] carrière ».

Question de Bocas : « On a beaucoup spéculé sur vos relations avec l’entraîneur français Zinédine Zidane lors de votre passage long et tumultueux au Real Madrid. »

Réponse de James : « Je n’ai jamais eu aucun problème avec lui. C’est un mec bien, en plus. »

En attendant, le Colombien continue de bien se faire remarquer avec le Bayern. Ce week-end, il a inscrit un triplé, lors de la victoire 6-0 des siens contre Mayence.