XV de France: «Rancunier à mort», Guirado répondra en temps voulu aux critiques des anciens

RUGBY Le capitaine des Bleus n'a pas aimé que certains remette en cause sa capacité à assumer la fonction

N.C. avec AFP

— 

Guilhem Guirado, capitaine du XV de France, en conférence de presse à la veille de France-Ecosse le 22 février 2019.
Guilhem Guirado, capitaine du XV de France, en conférence de presse à la veille de France-Ecosse le 22 février 2019. — David Gibson/Fotosport/REX/Shutterstock/Sipa

« Je suis rancunier à mort » : Guilhem Guirado a déclaré vendredi, à la veille du match contre l’Ecosse dans le Tournoi des six nations, qu’il répondrait « en temps voulu » aux anciens internationaux qui ont souhaité que lui soit retiré le capitanat du XV de France.

« Ce n’est ni le moment, ni le lieu. Il y a un match important, je m’exprimerai le moment voulu vu que je suis rancunier à mort », a déclaré Guirado à la presse au Stade de France, répondant notamment aux propos de Richard Dourthe.

« Le temps est venu de retirer le capitanat à Guilhem Guirado » a écrit l’ancien centre international dans Midi Olympique, avant d’estimer sur Canal + que la première période de Guirado en Angleterre (défaite 44-8) n'était « pas digne d’un capitaine de l’équipe de France ». Guirado, qui n’a remporté que 36,5 % de ses vingt-sept matchs comme capitaine, a estimé que « l’honneur » des Bleus serait forcément en jeu samedi face aux Ecossais. « S’il y a un air de révolte ? Forcément, par rapport au dernier match. Mais je ne veux pas que ce soit une révolte personnelle, mais collective », a-t-il ajouté.

Présent à ses côtés, Louis Picamoles a reconnu que pesait une « grosse pression autour de l’équipe et de ce match ». « Mais on a envie d’avancer. C’est peut-être naïf, mais on a envie de s’appuyer sur le positif. On sait qu’on a beaucoup de travail, mais aussi qu’on est moins loin (des meilleurs) que beaucoup de gens peuvent le penser », a assuré le troisième ligne des Bleus.