Gros forceur: Infantino veut «donner une chance» à la Coupe du monde à 48 dés 2022

FOOTBALL Le président de la Fifa ne veut pas abandonner son idée fixe...

J.L.

— 

Gianni Infantino, le président de la Fifa.
Gianni Infantino, le président de la Fifa. — Frank Augstein/AP/SIPA

Existe-t-il un type plus insistant sur terre que Gianni Infantino ? Non content d’avoir réussi à faire adopter par le Conseil de la Fifa l'élargisssement de la Coupe du monde à 48 équipes à partir de 2026, le président de la Fifa ne lâche toujours pas l’affaire sur une anticipation de la réforme pour 2022. Il l’a encore répété mercredi dans une conférence sur le sport, et ce malgré l’opposition ferme des Qataris qui ont bien signifié qu’ils n’avaient pas les moyens de faire plus qu’un Mondial à 32 équipes.

« Si vous pensez que c’est une bonne chose d’avoir 48 équipes plutôt que 32 ? pourquoi ne pas essayer de le faire dès 2022, s’interroge benoîtement le président tout-puissant ? Il y aura 32 équipes au Qatar, mais si on peut rendre le monde heureux avec 48 équipes, on devrait se donner une chance. Si on peut s’arranger avec d’autres pays du Golf pour accueillir quelques matchs, ce serait bénéfique pour toute la région et un message positif pour le monde entier. Je sais qu’il existe des tensions entre les dirigeants de ces pays, mais peut-être est-ce plus facile de se mettre d’accord autour du football ? ».

Infantino fait sans doute référence au boycott du Qatar décidé par des pays comme l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats ou l’Egypte. Sachant que le tirage au sort des éliminatoires est censé avoir lieu dans les mois qui viennent (la France avait connu ses adversaires des qualifs pour 2018 en juin 2015), la probabilité de voir la Fifa passer en force semble limitée. Il faut dire que personne n'a hâte de voir un Mondial avec 80 matchs, la plupart médioces, avec une phase de poules interminable. Il y a déjà les Mondiaux de hand pour ça.