Le foot belge bientôt coupé en deux?

Matthieu Goar

— 

L'équipementier sportif allemand Adidas a déjà réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros cette année avec ses articles de football, a-t-il annoncé mercredi lors d'une conférence de presse à Berlin, alors que le Mondial-2006 bat encore son plein.
L'équipementier sportif allemand Adidas a déjà réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros cette année avec ses articles de football, a-t-il annoncé mercredi lors d'une conférence de presse à Berlin, alors que le Mondial-2006 bat encore son plein. — Oliver Lang AFP/DDP/Archives

C’est une petite bombe qu’a lâchée l’Union royale belge des sociétés de football association ce week-end. L’équivalent de notre fédération française de football a confirmé lors d’une assemblée générale qu’elle réfléchit très sérieusement à une séparation en deux de tous les championnats amateurs (femmes, jeunes, etc). Si cette idée est appliquée, les clubs flamands joueraient dans une ligue différente des clubs wallons. Cette communautarisation du foot amateur pourrait être effective dès la saison prochaine. Une attaque en règle contre l’unitarisme belge déjà bien malmené, qui provoque l’émoi en Belgique, surtout qu’elle émane de la plus puissante fédération de sport du pays.

Des pressions politiques


On ne sait pas si l’Union espérait que la date choisie fasse passer le projet en catimini mais le quotidien «Le Soir» s’en est aussitôt emparé. «On vient d’apprendre tout ça par la presse de ce lundi matin. Ca nous tombe dessus et on ne sait pas du tout quelle conséquence cela pourra avoir sur notre club», explique l’un des responsables du club amateur de l’ACS Koningslo, à 1h30 de Bruxelles. «Surtout qu’ici nous sommes dans le Brabant, à une frontière linguistique entre les Flamands et les Wallons. Nous avons des jeunes des deux cultures dans nos équipes.» Ce n’est pas le cas dans d’autres régions où les clubs amateurs sont moins mélangés.

Toujours selon «Le Soir», la fédé pense sérieusement à cette séparation car elle subirait la pression financière de responsables flamands, notamment Bert Anciaux, le chargé des Sports en Flandres, qui promettrait des millions d’euros de subventions si la division est effective.

Vers deux championnats pro?

Cette communautarisation du foot amateur fait craindre aux observateurs qu’elle ne soit qu’un laboratoire destiné à réfléchir à une division du foot professionnel belge. «Franchement ça fait quelques années que l’on entend parler de cette idée dans les clubs pro. Ca ne vient pas forcément des joueurs, du public ou des dirigeants mais les bruits de couloir évoquent des personnes haut placées à la fédération de foot», a confié à 20minutes.fr Frédéric Dindeleux, un joueur français qui a évolué pendant deux ans au SC Zulte Waregem et qui va jouer la saison prochaine en ligue 2 belge au KV Ostende, deux clubs flamands.

La Jupiler League, la Ligue 1 belge, est composée de 18 clubs. A peine 5 ou 6 sont de culture wallonne. «Souvent ce sont même les derbys entre clubs flamands qui sont les plus chauds et je n’ai pas remarqué de tensions entre Flamands et Wallons dans les équipes ni entre le public et les joueurs», explique Dindeleux. Si le championnat belge est séparé en deux entités, que deviendront des clubs à l’identité double comme le Racing club de Bruxelles? Le championnat wallon serait-il condamné à n’avoir que 5 équipes. Autant de questions qui inquiètent les Belges. Sans parler de l’avenir de l’équipe nationale…