Ligue des champions: Brillant puis résistant, le PSG bat Liverpool et se replace pour la qualification

FOOTBALL Les Parisiens ont souffert en seconde période mais sont venus à bout des Anglais, pour reprendre leur destin en main dans cette Ligue des champions...

Au Parc des Princes, Nicolas Camus

— 

Bernat enflamme le Parc
Bernat enflamme le Parc — FRANCK FIFE / AFP
  • Le PSG a battu Liverpool mercredi soir en Ligue des champions (2-1).
  • D'abord dominateurs, les Parisiens ont passé la seconde période à souffrir après avoir concédé bêtement un penalty juste avant la pause.
  • Grâce à ce résultat, une victoire dans deux semaines face à l'Etoile Rouge assurerait la qualification aux Parisiens.

Le PSG a été à la hauteur de l’événement. Sous pression avant ce match face à un grand d’Europe et qui pouvait les éliminer de la Ligue des champions dès les poules, les Parisiens ont battu Liverpool, hier (2-1). Ils ont souffert, mais ils auront leur destin en main, dans deux semaines, à Belgrade.

L’art de se compliquer la tâche. Voilà quelque chose que Paris maîtrise en C1. Les Parisiens auraient pu passer une soirée bien plus sereine, grâce à un début de match de haute volée et deux buts venus récompenser tout ça, on y reviendra. Une minute a suffi à tout remettre en cause, juste avant la pause, avec ce penalty de Milner consécutif à une perte de balle de Marquinhos et un tacle pas du tout nécessaire de Di Maria sur Mané (45+2). Cela a changé le visage de la seconde période, que Paris a passé à défendre. Sans trop trembler, mais avec une petite boule dans le ventre. Ça a tenu, heureusement.

Tuchel a réussi son coup. Avant ça, le plan du coach parisien avait parfaitement fonctionné. On s’attendait à beaucoup de choses, mais pas au 4-4-2 à plat, avec Di Maria et Neymar ​en position d’ailiers. Dans ce schéma, énormément de choses dépendaient de Verratti au milieu. Il fallait aussi que le Brésilien et l’Argentin ne rechignent pas aux tâches défensives. Tout ce beau monde a joué le jeu, ce qui a permis d’étouffer les Anglais avant que ce ne soit le contraire. Les Parisiens ont mordu dans cette rencontre électrique, les buts de Bernat (13e) et Neymar (37e) venant récompenser tout ça. On ne sait pas si c’est le « grand pas en avant » qu’espérait Tuchel pour son équipe, mais la hargne montrée pendant tout le match est un bon début.

Vivement dans 15 jours. Il faut donc attendre la dernière journée pour connaître le dénouement de cette poule archi serrée, dominée par Naples grâce à sa victoire contre l’Etoile Rouge. On ne va pas vous faire tous les scénarios, car quelques-uns nécessitent la médaille Fields. Une seule chose est sûre, une victoire en Serbie qualifiera le PSG. C’est tout ce qu’on attendait de cette soirée.