«Les gens me disent que je leur donne le sourire»... Tétraplégique, l'ex-rugbyman Tony Moggio s'est lancé dans le grand bain

DEFI Tony Moggio traversera à la nage le golfe de Saint-Tropez en juin 2019. Un défi un peu fou, parrainé par Florent Manaudou…

Nicolas Stival

— 

Tony Moggio, nageur tétraplégique, lors d'un entraînement à la piscine Castex, à Toulouse, le 15 novembre 2018.
Tony Moggio, nageur tétraplégique, lors d'un entraînement à la piscine Castex, à Toulouse, le 15 novembre 2018. — N. Stival / 20 Minutes
  • Tony Moggio, Haut-Garonnais de 33 ans, veut relier à la nage Sainte-Maxime et Saint-Tropez, dans le Var.
  • Egalement conférencier, écrivain et comédien, l’ancien talonneur s’entraîne dur à Toulouse, entouré de son clan.

La rumeur se faufile, au bord de la piscine Castex. « Mais… C’est pas Fabien Barthez ? » Si, c’est bien le vainqueur de la Coupe du monde 1998 qui passe furtivement, à pied, devant le bassin de l’île du Ramier, refuge du club toulousain des Dauphins du Toec.

Dans l’eau, ligne 1, un autre champion avale les longueurs de 50 mètres. En cette matinée de mi-novembre, ensoleillé mais venteux, Tony Moggio s’entraîne pour son grand défi, prévu le 14 juin 2019 : relier les ports de Saint-Maxime et de Saint-Tropez à la nage.

Quatre kilomètres de natation dans la Méditerranée, c’est déjà solide pour un valide. Alors pour un tétraplégique… « Je cherchais un sport qui puisse me rendre la vie dure », explique l’ancien rugbyman amateur, âgé de 33 ans. Paralysé au-dessous des épaules, il ne peut compter que sur ses muscles deltoïdes et ses trapèzes, lésés mais fonctionnels, pour imprimer des mouvements, et évoluer dans l’eau. « La natation, c’est difficile, je puise dans mes réserves. »

Son « parrain » Florent Manaudou, rencontré sur un tournage

Tony Moggio s’est retrouvé sur un fauteuil suite à une mêlée, en 2010. Moelle épinière sectionnée. De sa nouvelle vie, il a tiré cinq ans plus tard un livre, Talonneur brisé. Un second est en préparation. Sinon, le trentenaire, ex-militaire puis cheminot, donne des conférences. Cet été, il a aussi joué les témoins dans le programme court C’est quoi cette question sur TF1, pour balayer les tabous sur le handicap. Sans oublier un rôle dans Vestiaires, série de France 2 autour de deux nageurs handisport.

« Je prends les choses comme elles viennent », lance le Haut-Garonnais lorsqu’on l’interroge sur cette boulimie d’activités. Depuis sept mois, l’essentiel de son temps est toutefois consacré à cette traversée du golfe de Saint-Tropez, dont il est organisateur et acteur. Un défi parrainé par le champion olympique Florent Manaudou, nageur devenu handballeur rencontré sur le tournage de Vestiaires.

Le programme peut varier, mais l’ancien talonneur s’entraîne entre cinq et six heures par semaine, sans compter le temps passé chez le kiné. Tony Moggio n’avance jamais seul, mais entouré par son clan, au complet ce jeudi matin : son épouse Marie, ses parents Jean-Claude et Dominique, son cousin Thierry qui le suit dans l’eau et l’aide à s’alimenter. Depuis le bord, son ami et entraîneur Christophe Vidoni prodigue encouragements et conseils.

« On partait un peu dans l’inconnu, avoue le maître-nageur, ancien champion du monde de kick-boxing. Il y avait de l’enthousiasme, mais on ne savait pas trop ce que ça donnerait. Aujourd’hui, il faut parfois freiner Tony. On ne peut pas prévoir les conditions météo, mais il sera prêt le jour J. »

20 Minutes avait rencontré Tony Moggio au tout début de sa préparation, le 23 avril dernier dans la piscine de Saint-Alban, en banlieue toulousaine. Depuis, son équipement a été perfectionné, le fauteuil qui entamait ses épaules a été corrigé. Avant ce jeudi, il s’était testé pour la première fois sur la distance de son challenge, cet été à la piscine municipale d’Aspet, dans le Comminges. L’ancien première ligne de Castelginest avait mis environ 5h30 pour parcourir 4 km.

« Il a déjà amélioré ses capacités pulmonaires et cardiaques »

Au moins deux autres répétitions générales sont prévues avant le grand bain dans la Méditerranée. Son handicap le prive d’environ 40 % de sa capacité respiratoire, et les infections, notamment urinaires, ne sont pas rares. « Mais il a déjà amélioré ses capacités pulmonaires et cardiaques, relève Christophe Vidoni. Les bénéfices du sport sont visibles. »

Tony Moggio encadré par son cousin Thierry, dans l'eau, son entraîneur Christophe Vidoni et son père Jean-Claude, le 15 novembre 2018 à la piscine Castex de Toulouse.
Tony Moggio encadré par son cousin Thierry, dans l'eau, son entraîneur Christophe Vidoni et son père Jean-Claude, le 15 novembre 2018 à la piscine Castex de Toulouse. - N. Stival / 20 Minutes

Et ils ne sont pas seulement physiques. « Je reçois pas mal de messages de personnes, avec ou sans handicap, confie Tony Moggio, très actif sur les réseaux sociaux. Les gens me disent que je leur donne le sourire. » Quand il enquille les longueurs, le nageur s’évade par la pensée : « Je retrace ce qui s’est passé dans ma vie, depuis avant mon accident jusqu’à aujourd’hui. » Sans oublier demain : « avec mon épouse, notre prochain projet, c’est d’avoir un enfant. »