Marathon de Berlin: Kipchoge va-t-il casser la barre mythique des deux heures?

MARATHON Sur le parcours ultra-rapide de la capitale allemande, le meilleur fondeur du monde rêve d'être le premier homme à courir les 42 kilomètres en moins de deux heures...

20 Minutes avec AFP

— 

Kenya's Eliud Kipchoge crosses the line to win the 44th Berlin marathon in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017.
Kenya's Eliud Kipchoge crosses the line to win the 44th Berlin marathon in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017. — MARTIN MEISSNER/AP/SIPA

Kipchoge est un roi mais il manque un diamant à sa couronne. A 33 ans, le maître du marathon mondial n'a jamais établi un record du monde. Le parcours ultra-rapide de Berlin dimanche lui laisse une nouvelle chance de corriger cette injustice de l'Histoire.

«Eliud Kipchoge est champion olympique, il ne lui manque plus que ce record», lance Mark Milde, le directeur de la course où furent battus les six derniers records du monde masculins: «Il vient chez nous pour réaliser son rêve et prendre définitivement la couronne de plus grand marathonien de tous les temps».

De fait, après quoi peut encore courir l'invincible Kenyan? A 33 ans, il a remporté neuf des dix marathons qu'il a disputés, dont trois fois Londres, deux fois Berlin, plus l'or olympique à Rio. Il est en outre le seul être humain à avoir tutoyé la barrière symbolique des deux heures (2h00:25.), lors d'un test privé en 2017, qui n'a pas été homologué.

«J'ai couru le marathon le plus rapide de tous les temps, mais ce n'est pas un record du monde. Je dois maintenant battre ma meilleure performance et en faire un record du monde. Ca, j'apprécierais», a-t-il assuré vendredi à Berlin, avec toujours le même sourire un peu timide mais les mêmes étoiles dans les yeux.

« Record sous la pluie! »

Trois fois déjà il s'est élancé sur le parcours allemand avec l'espoir de briser le chronomètre. Trois fois il a échoué. En 2013, pour la deuxième sortie de sa carrière sur la distance, il s'incline face à son compatriote Wilson Kipsang, qui établit ce jour-là un nouveau record du monde. Le «débutant» Kipchoge termine en 2h04:05, à l'époque la cinquième performance de tous les temps.

Kipsang, le seul homme à l'avoir jamais battu sur les 42,195 km, devrait de nouveau être dimanche son principal adversaire.

Revenu à Berlin en 2015, Kipchoge survole la course, mais est rapidement handicapé par un problème de semelle. Il s'impose en 2h04:00., à plus d'une minute du record amélioré l'année précédente à Berlin par Dennis Kimetto, qui reste à ce jour la référence à battre (2h02:57).

Après avoir fait l'impasse en 2016, pour cause de titre olympique, il terrasse un nouvelle fois ses adversaires l'an dernier et signe sa deuxième victoire sous la Porte de Brandebourg. Mais la chaussée humide et la pluie en fin de parcours l'empêchent de terminer à fond. Ses fans voient cependant son temps fabuleux de 2h03:32. comme un «record du monde non officiel du marathon sous la pluie!»