VIDEO. Marseille: Shaun White a découvert le bowl du Prado... «Il est quand même meilleur en snow !»

SKATE Le triple champion olympique de snowboard Shaun White est venu se tester sur le mythique bowl de Marseille...

Jean Saint-Marc

— 

Shaun White n'a pas réussi à se hisser en demi-finales.
Shaun White n'a pas réussi à se hisser en demi-finales. — P. Magoni / SIPA
  • Pour sa première compétition dans un bowl, Shaun White n'est pas parvenu à se qualifier pour les demi-finales, lors des Red Bull Bowl Rippers, ce week-end, à Marseille.
  • Son objectif reste de participer aux JO de Tokyo, en 2020, en skateboard. 

C’est un reportage qui, comme souvent à Marseille, démarre avec une exagération. «  Shaun White ? J’pense qu’il est rentré aux States tête basse. Il a complètement loupé ses qualifs, même moi j’aurais mieux ridé que lui… Il n’est pas fait pour ça, lui, c’est la neige, pas le soleil marseillais ! » Plantons le décor : cette assertion a été prononcée dans un nuage de cannabis​, entre une anecdote de fin de soirée (« et là, j’essaye de les séparer et je prends son poing dans la gueule ») et une négociation pour savoir qui allait payer la prochaine tournée de Kro. Pas de la source la plus fiable du monde, donc.

Mieux vaut se tourner vers un expert. Car disons le tout net : ce n’est pas le cas de l’auteur de ces lignes, qui n’a jamais porté de Vans ni ne s’est jamais risqué sur une planche à roulettes. Bref, notre expert : Emile Janicot, le speaker du Red Bull Bowl Rippers, l’homme qui beugle « oh my god that was siiiiick ! » Analyse : « Effectivement, Shaun White ne s’est pas qualifié pour les demi-finales… Mais ce n’était une surprise pour personne. Le bowl, ce n’est pas sa discipline : il découvre. »

Pas une starlette

Triple champion olympique de snowboard, l’Américain redécouvre, à 32 ans, ses premières amours : le skate. Et rêve de participer aux JO de Tokyo. Pas gagné, nous dit Manu, un des organisateurs. « Je ne suis pas sûr qu’il soit qualifié… Rien qu’aux Etats-Unis, y a cinq ou six mecs qui sont au-dessus de lui. » Le choix de Marseille comme première compétition n’était d’ailleurs pas anodin : le plateau était particulièrement relevé cette année… Idéal pour prendre la température du circuit. « J’ai été assez naze, mais les autres participants étaient très inspirants », a d’ailleurs commenté Shaun White après son élimination.

« On sentait qu’il était en observation », reprend Manu, qui nous assure que l’homme n’a rien d’une starlette « et attendait son tour, comme les autres. » Les premiers titres attendront, aussi. 2020 ? « Disons qu’il est quand même bien meilleur en snow ! Je sais pas s’il sera prêt, faut qu’il bosse pas mal, embraye Mehdi Salah, un des juges du Red Bull Bowl Rippers. Mais Shaun White, c’est un sacré sportif, une sacrée machine… Alors tout est possible ! »

>> A lire aussi : VIDEO. «Il faut débrancher son cerveau»... Des Marseillais se jettent en BMX dans le port des Goudes

>> A lire aussi : VIDEO. Avis aux skateurs! Le mythique bowl de Marseille est tout beau, tout neuf, tout propre