VIDEO. Coupe du monde 2018: Antoine Griezmann accueilli en héros à Mâcon

MADE IN BOURGOGNE Le néo champion du monde en a profité lancé un ban bourguignon...

C. Ape. avec AFP

— 

Antoine Griezmann a été accueilli à Mâcon après avoir été sacré champion du monde avec les Bleus
Antoine Griezmann a été accueilli à Mâcon après avoir été sacré champion du monde avec les Bleus — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Mâcon a accueilli en héros, vendredi soir, l’enfant du pays tout juste sacré champion du monde. Antoine Griezmann est venu saluer 8.000 de ses fans massés sous le balcon d’honneur de l’Hôtel de ville.

L’attaquant est apparu à 19h30, comme prévu, sous un énorme jet de confettis. « Merci beaucoup d’être venus, c’est une fierté d’être Mâconnais, d’être Français. C’est une joie, une fierté de porter ce maillot qui nous représente tous », s’est-il exclamé, sa petite fille dans les bras.

Merci @Villedemacon 😍⭐️⭐️

A post shared by Antoine Griezmann (@antogriezmann) on

Ban bourguignon et Gloria Gaynor

Outre le classique I Will Survive de Gloria Gaynor, le joueur de 27 ans a entraîné la foule dans un traditionnel ban bourguignon, suivi d’un clapping géant et de plusieurs chants. Le colchonero a fait le show pendant plusieurs minutes, devant un public conquis.

Mais il est déjà temps de se quitter et de partir en vacances, annonce le joueur, qui quitte la foule 20 minutes après son arrivée, là encore pile à l’heure. « Ça a été vraiment un grand plaisir, ça a été quelque chose de grand. Je veux remercier mes coéquipiers, mon staff technique et médical, vous tous. On a aussi joué pour vous », a-t-il lancé.

« Franchement, c’était top. J’étais bien placée, j’ai bien vu. Quand son père a parlé, on a vu tout le chemin qu’il a parcouru pour arriver là », exulte Emma, 18 ans, un drapeau français autour du cou.

La cérémonie était encadrée par un important dispositif de sécurité et la mairie de Mâcon avait prévenu que le joueur saluerait son public depuis le balcon mais qu’il n’y aurait aucune séance de signature d’autographes.

>> A lire aussi : «Qui est le con qui ose me réveiller»… Griezmann raconte l'avant finale dans une séquence mythique