Wimbledon: Le coup de gueule d'Isner et Anderson après un 5e set à 26-24

TENNIS Le Sud-Africain s'est qualifié pour la finale après une bataille interminable de 6h30, vendredi...

20 Minutes avec AFP

— 

Kevin Anderson a battu John Isner en demi-finale du Wimbledon, le 13 juillet 2018, après 6h36 et un 5e set à 26-24.
Kevin Anderson a battu John Isner en demi-finale du Wimbledon, le 13 juillet 2018, après 6h36 et un 5e set à 26-24. — Kota Kawasaki/AP/SIPA

John Isner en a marre de jouer des matches marathon. Alors qu’il s’était imposé face à Nicolas Mahut 70-68 au dernier set après 11h05 de lutte, sur trois jours, l’Américain s’est cette fois incliné face au Sud-Africain Kevin Anderson. La bataille de 6h30 s’est terminée à 26-24. Et Anderson arrive en finale sur les rotules, après avoir écarté Federer en 4h30 au tour précédent.

« J’espère vraiment que les choses vont changer en Grand Chelem, parce qu’après autant de temps passé sur le court, on ne sent pas super », a dit Anderson vainqueur du match après 6h36 de jeu précisément (7-6 (8/6), 6-7 (5/7), 6-7 (9/11), 6-4, 26-24). L'US Open a déjà adopté un tie-break au cinquième set. « Jouer dans de telles conditions, c’était difficile pour nous deux », a ajouté Anderson qui avait du mal, à chaud, à profiter de sa qualification pour une deuxième finale en Grand Chelem, après celle de l’US Open perdue en septembre.

Les protagonistes de cette première demi-finale ont livré sur le Central le deuxième plus long match de l’histoire en Grand Chelem, avec une ultime manche de 2h55, si bien que le match entre Novak Djokovic et Rafael Nadal a été interrompu après trois sets (Djokovic mène 2 manches à 1).

Un tie-break après 12-12 ?

« Je suis d’accord avec Kevin », a affirmé Isner. « Et je pense personnellement qu’il faudrait considérer cette option à 12-12 (dans le cinquième set). Si personne n’a terminé avant, alors il faudrait jouer un tie-break », a ajouté l’Américain, qui avait - déjà - disputé le plus long match de l’histoire en 2010.

La bataille de vendredi a forcément laissé des traces sur les organismes. « Je me sens horriblement mal. Mon talon gauche me fait atrocement souffrir. J’ai une horrible ampoule sur le pied droit. J’ai connu mieux », a affirmé Isner, soigné plusieurs fois pendant le match. « Je vais essayer de récupérer du mieux possible pour la finale dimanche », a dit de son côté Anderson, qui avait déjà lutté près de 4h15 pour venir à bout du tenant du titre Roger Federer en quarts de finale.

 

Mots-clés :