Girondins de Bordeaux : La section féminine poursuit «sa belle histoire» mais reste encore (très) loin de l’OL

FOOTBALL FÉMININ Les Bordelaises reçoivent l'armada lyonnaise, ce dimanche... 

Clément Carpentier

— 

Erin Nayler fait partie des quatre joueuses étrangères de la section féminine des Girondins de Bordeaux.
Erin Nayler fait partie des quatre joueuses étrangères de la section féminine des Girondins de Bordeaux. — Geoff Robins / AFP
  • Plus de deux ans après la fusion avec Blanquefort, Bordeaux est en train de se faire sa place dans le foot féminin français.
  • La section se professionnalise (12 contrats pros) et grandit tout doucement avec par exemple l’arrivée de joueuses étrangères cette saison.
  • Comme chaque année, les Girondins viseront un exploit dimanche face à Lyon.

C’est le match de gala de la saison. « On va jouer le Real Madrid du foot féminin », s’amuse d’ailleurs Stéphane Martin, le président des Girondins de Bordeaux, avant d’accueillir Lyon à Saint-Médard en Jalles, dimanche, lors de la 15e journée de D1. En effet, il y a encore plusieurs mondes entre les deux clubs même si la section féminine bordelaise est en plein développement depuis la fusion avec Blanquefort, il y a trois ans.

>> A lire aussi : France-Suède: «Un potentiel énorme mais...», le parcours tumultueux de la Bordelaise Nadjma Ali Nadjim

Un budget dix fois plus petit que Lyon

Avec une montée la première année, un maintien au bout du suspens la deuxième et une saison 2017-2018 plutôt réussite pour le moment (5e de D1), « la belle histoire » se poursuit pour les joueuses de Jérôme Dauba. Malgré ses belles performances sportives, elles restent tout de même à des années-lumière de l’OL. Alors que manque-t-il encore au club aujourd’hui ?

  •  Un budget de plus de 7 millions d’euros comme de Lyon : « C’est 10 fois le nôtre », rappelle Stéphane Martin
  •  Des infrastructures pour toutes les équipes professionnelles
  •  Un centre de formation

Erin Nayler,​ la gardienne néo-zélandaise du club passée par Lyon, « a évidemment remarqué que son ancienne équipe était dans une meilleure position financière et que Bordeaux était encore un plus petit club au niveau des structures », mais elle assure ressentir cette ambition de « construire une équipe féminine forte. » Pour ça, elle espère que les Girondins vont « recruter des joueuses plus expérimentées pour aider à booster l’équipe et passer à un plus haut niveau. »

>> A lire aussi : VIDEO. Foot féminin: Popopo cette volée de folle furieuse à Bordeaux

Une jeune américaine bientôt à l’essai

Et cet investissement, il est en train d’être fait par les dirigeants comme l’explique le président bordelais : « Il y a encore un an et demi, on n’avait pas de contrats pros. Aujourd’hui, on en a 12 dans l’effectif dont deux Brésiliennes, une Néo-Zélandaise et une Irlandaise. » Stéphane Martin souhaite aussi s’associer avec la Ligue de football de Nouvelle Aquitaine pour former les meilleures jeunes joueuses du club. Elles sont 150 à s’entraîner chaque semaine à Blanquefort.

Erin Nayler a rejoint les Girondins de Bordeaux cette saison.
Erin Nayler a rejoint les Girondins de Bordeaux cette saison. - FCGB / D.Le Lann.

Mais, l’autre étape importante en vue, c’est peut-être l’arrivée d’une jeune joueuse américaine. L’une d’entre d’elles sera mise à l’essai cet été. Les Marines et Blancs ont en effet signé un partenariat avec le club d’Olney Girls 99 basé à Washington DC pour créer l’entité Girondins de Bordeaux USA, il y a quelques mois.

>> A lire aussi : France-Suède: Froid, nul, engouement... «Une belle fête» tout de même pour les Bleues à Bordeaux

Ce serait un énorme exploit

Sur le plan sportif, l’objectif à moyen terme est de décrocher une première qualification en coupe d’Europe pour la section féminine. Mais pour l’instant, il y a ce match face à l’Olympique Lyonnais à préparer. Erin Nayler en profiter pour rappeler « qu’au match aller que nous avons été capables de rivaliser puisque nous n’avions perdu "que" 2-0. Il faudra être à fond et jouer avec intelligence. Battre Lyon, c’est un rêve difficile à réaliser mais pas impossible. »