JO-2024: Vous voulez postuler à l'un des 4.000 jobs créés pour les Jeux? Voici le mode d'emploi

JEUX OLYMPIQUES Le Comité d'organisation des Jeux olympiques, qui voit le jour officiellement jeudi, va passer en six ans de 10 personnes à près de 4.000 salariés...

N.C.

— 

Un grand concert a été organisé à l'Hôtel de ville de Paris pour fêter l'attribution des JO 2024 à la capitale française, le 15 septembre 2017.
Un grand concert a été organisé à l'Hôtel de ville de Paris pour fêter l'attribution des JO 2024 à la capitale française, le 15 septembre 2017. — TRISTAN REYNAUD/SIPA

Vous faites quoi les six prochaines années ? L’organisation des JO-2024 à Paris commence jeudi, avec la création officielle de son organe exécutif, le fameux Cojo (comité d’organisation des Jeux olympiques). Et pendant les quelque 2380 jours qui nous séparent de la cérémonie d’ouverture, il va y avoir mille et une choses à faire et, à terme, besoin d’encore plus de monde.

>> A (re)lire aussi: JO 2024: Livraison des équipements, sécurité et baignade dans la Seine, le plus dur commence pour Paris 

Dans la foulée du Cojo, dont Tony Estanguet sera le président et Etienne Thobois le directeur général, un comité des rémunérations va voir le jour, afin de définir une grille salariale de référence pour tous les futurs postes à pourvoir. Ce n’est qu’une fois cette étape passée que les recrutements vont commencer.

Il va falloir être patient. Les effectifs ne vont gonfler que petit à petit et les premiers postes à pourvoir nécessitent un certain bagage. La priorité est de trouver, d’ici à avril-mai, les directeurs de chaque domaine de compétence : sport, communication, marketing, relations internationales, finances, ressources humaines, infrastructures, etc. Certaines fiches de poste sont déjà disponibles sur la plateforme emploisparis2024.fr, où il est possible de postuler en ligne - et d’envoyer des candidatures spontanées pour chaque département.

«Références souhaitées»
«Références souhaitées» - Paris2024

Ce seront ces directeurs qui détermineront ensuite leurs besoins humains. C’est là que l’on connaîtra la nature exacte des postes à pourvoir et que le commun des mortels intéressé par l’aventure pourra se montrer. L’idée, selon les équipes en place actuellement pour faire la transition entre comité de candidature et comité d’organisation, est de finir l’année 2018 avec 70-80 salariés opérationnels.

A partir de ce socle, les effectifs vont gonfler régulièrement en 2019 et au début de l’année 2020 pour atteindre entre 200 et 300 personnes. Des chargés de projet, des stagiaires, des assistants de direction, des petites mains… Sur cette phase, le recrutement se fera sur tous types de profils, à différents niveaux d’expertise et de compétences, venant du monde du sport - beaucoup d’athlètes veulent s’engager - ou pas du tout. Avant le grand boom.

Une fois les JO de Tokyo​ passés, l’organisation passera dans sa phase opérationnelle à proprement parler, et le nombre de personnes engagées dans le projet va grimper de manière exponentielle. Le recrutement va s’internationaliser en partie, l’expertise recherchée sera très technique, « très JO ». Mais il y en aura pour tout le monde ou presque.

Les effectifs vont être multipliés par 20, pour atteindre les 4.000 dans les dernières semaines de préparation. « La dernière année, il faudra embaucher 30 à 40 personnes par semaine », explique-t-on au siège. Pour ceux qui n’auraient pas trouvé leur bonheur où qui envisagent un autre type d’engagement, Paris 2024 table aussi sur un vivier d’environ 50.000 bénévoles, qui seront recrutés à partir de 2022. On n’est jamais prévenu trop tôt.