JO 2024: «Laura a oublié, déjà, la difficulté de gagner une médaille», Onesta recadre la ministre des Sports

JEUX OLYMPIQUES Claude Onesta n'est pas tendre avec la ministre des Sports (mais c'est pour son bien)...

A.L.G.

— 

Claude Onesta lors des JO 2016.
Claude Onesta lors des JO 2016. — Matthias Schrader/AP/SIPA

Du Claude Onesta dans le texte. Nommé par la ministre des Sports à la tête de la cellule chargée d’analyser les potentielles performances des athlètes français aux JO de Paris en 2024, et de soumettre des propositions sur les moyens de parvenir à l’objectif de 80 médailles fixé par la ministre, Claude Onesta a remis les choses au clair.

Et peu importe qu’il doive pour cela allumer celle qui l’a porté à ce poste. Interrogé dans l’émission 60 Minutes Sports sur BFM Sport, le manager de l’équipe de France de hand s’est montré (très) cash.

Onesta recadre la ministre des Sports

« Je crois que Laura a oublié, déjà, la difficulté de gagner une médaille. Ça doit faire du temps, s’est un peu moqué Onesta avant de détailler, plus sérieusement. On va d’abord essayer d’imaginer la façon de s’organiser, comment mettre en œuvre ce qui va permettre d’accompagner de la meilleure façon nos athlètes. C’est le chemin que l’on va construire qui sera à l’origine de l’amélioration des résultats. »

« Se fixer d’ores et déjà un nombre de médailles, ça voudrait dire que seules les médailles comptent, a-t-il poursuivi. On veut qu’il y ait un héritage à l’issue des JO de Paris pour le sport français. On a vu les Anglais réussir les JO de Londres mais être encore plus efficaces à Rio. L’idée est de se positionner sur l’avenir. Bien entendu, il faudra un résultat amélioré à Paris mais on va d’abord essayer de construire le chemin avant d’imaginer l’arrivée. »

Pour aller dans le sens de Claude Onesta, cet objectif de 80 médailles, fixés dans l’euphorie de la nomination de Paris pour les JO 2024 paraît très, très compliqué à atteindre. Pour rappel, à Rio, en 2016, la délégation française avait remporté en tout et pour tout 42 médailles. C’est pas gagné, quoi.