Rugby: Joy Neville va être la première femme arbitre d'un match de Coupe d'Europe

ARBITRE Pour la première fois, le match de Coupe d’Europe de rugby entre l’Union Bordeaux Bègles et les Russes d’Enisei sera arbitré par une femme ce vendredi…

Damien Gozioso

— 

L'Irlandaise Joy Neville sera au sifflet du match UBB-Enisei.
L'Irlandaise Joy Neville sera au sifflet du match UBB-Enisei. — Ben Evans
  • Joy Neville est Irlandaise, elle vient d’être élue meilleure arbitre de l’année par World Rugby.
  • Une reconnaissance de l’arbitrage féminin au plus haut niveau vue d’un bon œil par Christine Hanizet, la première femme arbitre au niveau pro en France.

C’est bien cela l’événement du match de Challenge Cup de ce vendredi entre l'UBB et Enisei. Pas le fait que les Bordelais collent (probablement) une trempe aux Russes de Krasnoyarsk, mais qu’à chaque fois qu’un essai sera marqué, il sera validé par Joy Neville. L’Irlandaise va devenir la première femme à diriger une rencontre européenne.

>> A lire aussi : Alivereti Raka peut-il sauver le rugby français?

La meilleure arbitre de l’année

« Je suis extrêmement honorée de cette opportunité », a réagi sur son compte Twitter Joy Neville au moment de l’annonce, elle se dit aussi époustouflée par tous les encouragements qu’elle a reçus depuis. Ancienne troisième ligne centre du Munster et de l’équipe d’Irlande, elle devient arbitre à la fin de sa carrière en 2014 et grimpe rapidement les échelons : arbitre de la finale de la Coupe du monde féminine cet été, arbitre de touche de matchs internationaux dont le dernier France-Japon, avant d’être finalement élue il y a quelques jours « Arbitre de l’année » par World Rugby, l’instance mondiale du rugby.

« C’est bien, je me dis qu’il fallait que ça vienne d’ailleurs pour le voir », confie Christine Hanizet. Elle a été la première femme en 2015 – et la seule jusqu’à aujourd’hui – à arbitrer en France en Pro D2, la deuxième division professionnelle. « Sur ce sujet les autres pays sont beaucoup plus volontaires. En France, on a toujours des vieilles pensées un peu dépassées, juge-t-elle avant de développer. On doit toujours prouver plus que les autres… Il m’a fallu 15 ans pour arriver en Pro D2 ! Alors soit je n’étais vraiment pas douée, mais à ce moment-là pourquoi me faire monter, soit c’est qu’on a essayé de me barrer la route ».

Christine Hanizet, seule femme arbitre a avoir tenu le sifflet en Pro D2, entre 2015 et 2017.
Christine Hanizet, seule femme arbitre a avoir tenu le sifflet en Pro D2, entre 2015 et 2017. - Pascal Rodriguez

Un fait bientôt banal ?

Christine Hanizet espère que voir Joy Neville au sifflet donnera des idées à certaines jeunes filles. D’ailleurs le club de l’UBB a décidé d’inviter six femmes arbitres de la région à venir assister au match. Et pour les joueurs, pas de raison que cela change quoi que ce soit. « Je ne pense pas que ça mérite d’attention particulière, estime le pilier Marc Clerc, elle doit être tout aussi compétente que ses confrères ». L’entraîneur des trois-quarts de l’Union Rory Teague se montre à peine plus bavard : « C’est une bonne expérience pour tout le monde, et c’est aussi ça le rugby moderne. Il y aura peut-être juste besoin d’un peu d’adaptation au début dans la communication, mais ce n’est pas grand-chose. »

Tout le monde devrait rapidement trouver ses marques si on en croit l’expérience de Christine Hanizet : « Franchement je n’ai jamais eu de soucis sur un terrain. Quand je suis passée dans le monde pro, j’ai senti moins de sympathie, plus de tension et c’est compréhensible vu les enjeux, mais jamais de problème. » Quoi qu’il en soit World Rugby promet que ce n’est qu’un début en confiant au Telegraph : « Le rugby féminin prend de l’ampleur, […] il est important que cela corresponde à l’arbitrage. En ce qui concerne les arbitres, les meilleurs seront nommés sans distinction de sexe. »

>> A lire aussi : Bibiana Steinhaus devient la première arbitre femme dans un grand championnat